• Clore ce blog ?...Une intention il y a peu, une apparente nécessité...Mais la nécessité ne fait pas toujours loi...Du recul, un peu de silence pour reprendre souffle, et fluctuer au fil des situations. Mais toujours écrire, dire, même sans les mots...



    Image Hosted by ImageShack.us


     

    Le temps m’écrase, morne, triste

    D’une pesanteur de mort

    Je suis pensée anéantie, et  n’existe

    Que dans coquille desséchée.

    Les mots, mes mots, ces confidents

    Qui se bousculaient à ma porte

    Me fuient, se dispersent, inconnus

    Pourtant je les entends

    Ils bourdonnent, en cohorte,

    Ne sachant comment, confus,

    Donner forme au désarroi

    Il leur faut un guide,

     Il n’est plus là !

    L’esprit perdu

    Dans l’entonnoir du vide

    Erre, s’égare, se cogne

    Cherche à nommer,

    Faire exister ce qui ronge

    Le jour, la nuit, en songe !

    Impossible besogne !

    Je suis pensée anéantie, sans alliés

    Rien que coquille desséchée.

     

                                                                     LASIDONIE

     

     

     


    19 commentaires
  •  

     

     

    Je me ride, m'effrite, dit le vieil Eucalyptus

    Je me délite comme les strats de l'ardoise voisine 

    Mon écorce la plus dure, les soleils ardents

    L'ont caressée pour mieux la brûler 

    Les pluies et les bourrasques l'ont arrachée à mon coeur solide, puissant

    Et je la vois, pauvre reste fragile de mon habit d'antan

    Se tordre, accrocher encore quelques lambeaux déchirés

    Aux noeuds de mes vieux os !

     

     Je suis fatigué, amputé, dit le vieil Eucalyptus

     

    Je ne peux plus la retenir, le vent, en l'effleurant,
    en disperse quelques effluves odorantes

    Puis d'un souffle devenu vengeur brise les ultimes résistances, 

    Sa chute,en un craquement sec, précipite,

    Offrant ma peau abimée, dénudée, aux regards des passants !

     

    Oh, Je palpite mais je périclite, dit le vieil eucapyptus !

     

     

     

    Lasidonie


    16 commentaires
  •  

     

     

     

     

    Vendredi 6 avril...je laisse ma rèverie se prolonger sur ce poème. 

     

     

     

     

    *********************************************************

     

     

     

    Image Hosted by ImageShack.us

     

     

    Rêves de sable blond,

    D’espaces sans limite

    Pour un cœur amoureux

    Qui palpite

    Et s’abandonne

    A la tiédeur de l’ombre

    Des palmes,

    Tandis qu’au loin paresse

    L’oued langoureux.  

     

    Rêves de musique,

    Récompense du cœur

    Mal aimé

    Qui cherche à s'égarer

    Dans un autre univers

    Symphonie de l’oubli

    Des blessures, des déceptions,

    Tandis que souffre avec lui

    L’âme du violon.

     

     

    Rêves d’amour idéal

    Désencombré des servitudes,

     Des lassitudes,

    Unisson de sable blond et  de musique

    Dans un présent

    Enluminé par un accord magique,

    Tandis qu'une note partagée,

    Se Prolonge

     Sur la partition du temps. 

     

    J’ai longtemps rêvé

       Je me suis réveillée…

     

     

     

                                                   Lasidonie 

     


    20 commentaires
  •  

     

    Les fantômes de la nuit hantent   

    Le frêle berceau du sommeil.   

    Leur ombre démoniaque veille   

    Sur la dépouille pantelante   

    Des rêves blancs ,  

    Esquif de voyage interdit   

    Chargé de douceur, d'harmonie,   

    D'apaisement !     

     

     Charme onirique,   

    Les visions fontaines de miel,   

     Les  joyeux rayons d’arc en ciel   

    Ephémère chant chromatique   

    Palissent,  silhouettes mensonges   

    Assoupis au creux noirs des songes,   

    Vous, mes démons,

    Valse des désirs moribonds !   

     

    Image Hosted by ImageShack.us

      

    Combien longue sera ma nuit !   

    Ses ténèbres plombent mon âme   

    En ont éteint la moindre flamme.   

     La source qui me prêtât vie    

    S’est endormie.   

    Elle s’égare, s'enfonce et se perd   

    Dans les méandres de l’esprit !   

    Ne reste plus que le désert. 


     

     

      Les ombres grises   

    Me poursuivent, menaçantes,  glacées   

    Vieux amours que le sort déguise   

    En ces colombes assassinées   

    Images spectrales décharnées.   

    Où es tu, dis ? Si loin de moi ?   

    Ce n'était que songe n'est-ce pas ?   

    Soudain j'ai froid !

     

     

    Lasidonie

      

     

     

     

     

     


    19 commentaires
  •  

     

     

     

     

     

    Qu’il ferait bon  

     

    D’aller comme autrefois  

     

    Flâner ici ou la  

     

    Humer l’air de la mer.  

     

    Qu’il serait doux de nous y arrêter  

     

    Pour respirer les parfums de varech  

     

    Déposés sur la grève,  

     

    Sentir les embruns rafraîchir nos âmes,  

     

    Nous enivrer des couleurs du couchant.  

     

    Qu’il serait tendre  

     

    De nous parler tout bas  

     

    Pour ne pas briser le silence  

     

    De la douce rumeur marine.  

     

    Ce serait  si câlin  

     

    De nous prendre la main,  

     

    Ce serait merveilleux !  

     

     Mais c’était autrefois !

     

     

                                                                                        

     

     

                                                                               

     

     LASIDONIE

     

     

     


    20 commentaires
  •  

     

    Hier sourire, aujourd'hui il fait gris...Fléau de la balance en déséquilibre 

     

     C’est obsédant  

    Plus Je veux t’oublier, et plus tu es en moi  
     
    Tu es incrusté comme une émeraude  
     Dans l’écrin de mon coeur,   

    Je voudrai l’en arracher  

      Tant son éclat me fait souffrir,   

    Je ferme les yeux, appelle  au secours   

     D’autres visages, d’autres espaces   

    Pour m’éloigner de cette pierre d’amour   

    Si  précieuse qui m’attire à elle,  

     Couleur troublante au reflet changeant.  

     

    Image Hosted by ImageShack.us

     

     

     

    Je concentre mes forces et J’imagine   

     Les altérations du temps   

    Sur ta silhouette marquée par les ans   

    J’en Devine   

     Les évidentes morsures   

     Des anciennes blessures   

    Et leur empreinte sur la peau !   

    Toutes les visions les plus sinistres   

    Je les dessine,   

     Les peaufine   

     Dans mon esprit rebelle   

     Pour me délier   

    Ne plus penser   

    Mais c’est obsédant   

    Et enivrant   

    Plus je te chasse et plus mon cœur t’appelle…

     

                                                                                         LASIDONIE

     

     

     

     

     

     


    25 commentaires
  •  

     

    S'essayer à la poésie c'est ressentir le besoin d'exprimer, par les mots,  le silence habité. Ecrire c'est une façon de dire.

    alors ...dites à votre tour ...

     

     

     

     

     

    DIRE

     Ecrire pour me libérer de ce mal qui me tenaille le coeur.

    Ecrire pour évacuer cette douleur qui me ronge.

    Ecrire sans calcul, sans fioriture, sans strophe ni rimes.

    Ecrire pour te parler parce que c'est ma seule façon de te rejoindre.

    Ecrire pour te dire tout ce qui est tapi en moi et qui ne veut plus rester muet.

    Ecrire pour effacer mes doutes, glaner des certitudes.

    Ecrire pour obtenir des réponses qui ne viennent pas ou peu.

    Ecrire pour partager les chagrins

     

    Et atténuer son malheur.

     

     

    Dire je ne le peux pas ou ne le veux pas.

    Dire ce serait me trahir, dans le bon comme dans le mauvais.

    Dire ce serait lever un voile commode qui permet de tout supposer.

    Dire ce serait peut-être mentir et je préfère l'éviter.

    Dire, c'est si difficile, car on ne peut plus revenir en arrière.

    Dire c'est quand les mots trop retenus veulent jaillir seuls.

    Dire c'est avoir besoin que l'autre comprenne.

    Dire c'est aussi une façon de se lier

     

    Et faire partager son bonheur. 

     

    Ecrire?Je suis seule face à moi-même.

    Dire, ce serait manquer de pudeur.

     

     

    LASIDONIE

     

     

     


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique