• Poésie brève (cinqku) en 5 volets

    Cinq sur cinq le  froid

     

     Le froid, poésie brève

    Le gel

    se répand
    sur les ramures

    aucune sensation

    des mains

     

    L'oubli

    s'insinue

    endort les mots

    aussi sur le clavier

    sans vie

    pourtant

    en avance

    des boules d'or

    sur l'arbre en fleurs réveillent

    la terre

     

    invitent

    la lumière

    à pénétrer

    au travers des volets

    fermés

     

    le froid

    met à mal

    tous les sursauts

    de mes doigts presque morts

    sans toi

    SIDO


    4 commentaires
  •   Ici cette semaine

    http://sido.eklablog.net/


  •    

    Blessure

    Déchirure

    Inscrite

    Quand le ciel se déchireDans le bleu

    Des jours

    A vivre

    Peinture

    Déposée

    Sur le blanc

    Des heures

    Sans vie

    Ecriture

    Indélébile

    Au coeur

    Encre

    De vie

     

    Ecriture

    A l'informe

    DonnerQuand le ciel se déchire

    Forme

    Dans l' instant

    Parenthèse

    Des mots

    Fracture

    Dans la ligne

    Du temps

    Ecriture

    Ce qu'il reste

     


    Pour se sentir

    Encore

    Existant

     

     

    SIDO 10/2016

     


    3 commentaires
  •  

    CINQUAIN AMERICAIN

    (22 syllabes en 5 lignes)

     

    Ciel de nuit

     

    La  nuit

    en cet instant

    est un vaste jardin

    tapissé d'asters aux reflets

    argent

     

    Un air

    soudain surgi

    du fond de la mémoire

    accompagne un visage puis

    se perd
     

    Le noir

    en peu de temps

    prend possession du ciel

    éteignant dans mes yeux les fleurs

    d'étoiles

     

     


    3 commentaires
  •  

     

     

    Quelques mois
    Et le temps va
    Immuable, toujours,
    Vorace des jours
    Qui séparent
    Et nous préparent
    Au grand silence
    Qui voudrait pourtant
    Nous faire  lire au travers des blancs
     Les mots Présences

    S'en va le temps
    Mémoire
    Peuplée de blancs
    Pressés d'être déchiffrés
    D'échapper à l'absence
    Puzzle abécédaire
    A recomposer
    Dans le magma du souvenir
    Effort recommencé
    Aujourd'hui, demain
    Défaites, victoires
    Sans fin  

    Dans l’informe balbutiement des origines 
    ô solitude !

     

     

    SIDO


    3 commentaires
  • Je remonte ici l'un de mes  premiers pas sur blog en 2006, car, pour le moment, l'écriture reste "en dedans"...

     

     

    Amitié un mot bien galvaudé

    Mis à toutes les sauces

    Avec lequel on brasse, on nage,

    Pour dire au revoir

    En guise de fin de message

    Pour remplir un blanc d’un noir,

    Un mot

    Ecrit Comme ça,

    Sans y penser,

    Un mot,

    Dit comme ça,

    A la volée :

    « Mes amitiés chez toi »

    Pure politesse que l’on prête

    A tout va,

    Avec sincérité parfois.

    L’amitié, la vraie

    Ne fait pas parler d’elle

    N’a pas besoin d’éclabousser

    De faire la belle

    Elle est modeste, discrète,

    Mais sent, devine, va au devant

    De celui, de celle

    Qu’un geste simple va réchauffer

    Très fort en dedans.

    Aussi

    Quand survient la faille un jour

    Blessure d’Amitié rare

    Brise autant

    Que trahison d’Amour.

    SIDO

     

    Le vrai sens des mots : l'amitié



     

     


    3 commentaires
  •  

    Liberté suprême


    Liberté suprême

    Nul ne peut te dire, sinon soi

    Le cœur refuse ou accepte d’entendre
    L'appel des abîmes
    Un chant grave, sombre,
    En  basse continue
    Pour descendre au plus profond
    Ou Chant léger, joyeux,
    Appel à remonter, rejoindre
    Les eaux transparentes
    Où frétillent en ballets colorés mille vies

    Liberté, nul ne peut te choisir
    A la place de soi

    Liberté suprême

     

     

    SIDO

     


    6 commentaires
  •  

    Rêverie d'hiver 

     

    Un  automne flamboyant

    A pris possession de ma demeure

    Les profonds divans

    De soie sauvage

    Invitent à la douceur

    D'une caresse de  lumière

    Sur les plissés des voilages,

    Les livres empilés sur les étagères

        Ont les reflets de la flamme

                             Qui vibre, chante

    Rêverie d'hiver                   

    La musique des accords

         Dans le feutré des coeurs,

         Les miroirs en rougissent.

        L'hiver reste à la porte

        Dans sa triste pelisse

        Tachée de noir.

        Il fait si bon à l'intérieur

        Dans ma rêverie d'un soir....

     

     

    SIDO

     

     

    '

     

    (crèche napolitaine)

     

    Les blogs photos et de poésie japonaise attendent aussi vos impressions

    ( liens dans les étiquettes )


    5 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique