•  

    L'oeuvre du temps


    Jours de déchirement,

     De brisure
    Où l'Irrémédiable,
    L'Insupportable,
    Met l’âme en lambeaux
    Plonge L’esprit dans le chaos ;
    Le corps à l’agonie
    N’est qu’une ombre de la nuit.

    Pourtant
    Le temps en rusé couturier
    Saura créer avec des fibres usées
    Une nouvelle toile,
    Plus fragile, inégale
    Dont il fait don aux cœurs à nu
    A leur insu.
    Mais prendront-ils le temps
    D’attendre le moment
    D'ôter au jour

       Ses oripeaux ?

    SIDO


    12 commentaires
  •  

    Que reste-t-il des rêves
    Aux contours brouillés
     Sous la tourmente du vent
    Quand l’esprit
    Angoissé de nuit
    Erre, se perd
    Dans le fracas des orages ?
    Seul le miroitement d’un mirage !
    Pourtant, dans le désert sans fin
    Le coeur usé
    Semblable à l'homme bleu
    Poursuit toujours son chemin.
     Au-delà des ténèbres
    Des ondes mystérieuses,
    Messagères silencieuses,
    Le guident
    Dans le dédale des dunes
    Apportées sur son parcours
    Par un vent funèbre,
    Tracent sa route
     Vers l' oasis lointain
    Halte promise
    Sous un ciel étoilé
    Pour que renaissent
    Les rêves

    SIDO

     


    12 commentaires
  • Bonbons du Passé, jeu de conjugaison


    Dans l'imparfait, j'ai trouvé
    Le verbe clef de mon horizon
    En maître il s'est imposé
    Déposé voile sur le futur.
    Le présent, il l'a grignoté
    Et dans le silence m'a laissée

    Le conditionnel
    Fut verbe rêve de mon horizon
    Parfois engrisaillé de doutes
    Mais vite éclairé de fols espoirs.
    Le présent, il l'a avalé
    M'emprisonnant dans l'irréel


    Faire vivre ton silence
    Donner corps à mon imaginaire
    Tels furent de mon coeur les raisons,
    Mais du passé simple, antérieur
    Ou composé,
    Je n'ai voulu accepter la sentence

     Tous ces temps de l'illusion
    En ogres à l'affût des faiblesses
    Ont bouffé les joies discrètes,
    Déposé sur mes lèvres
    Bonbons amers, liqueur insipide
    Et le présent m'a fait faux bond !

     

    SIDO

     

    Une nouvelle création numérique dans mon "jardin d'images"

     


    10 commentaires
  •  

     

    Livre, quand tu nous tiensOn a voulu m' enfermer
    Entre des murs de papiers
    Si hauts si épais
    Que la tête m'en tournait
    Mais au souffle d'une brise,
    J'en suis restée assise,
    Cloisons envolées !
    Je me suis évadée

    Dans quelques feuillets
    Sur le sol répandus
    ...Et j'ai lu
    Et j'ai rêvé
    Rêvé
    D'autres murs de papiers...

     


     SIDO

    Texte écrit en commentaire, à partir des mots" murs" et "cloisons", contenus dans un poème d'auteur ( blog de littérature )

    lien ici : http://litterauteurs.canalblog.com

     

     


    14 commentaires
  • Quand la voix nouvelle
    Inattendue, appelle
    Le vieux coeur frémit
    Et de joie
    S'étonne, s'étonne
    Qu'un timbre, un accent résonnent,
    Au profond de la nuit
    Présence retrouvée,
    Fantôme chassé
    De la solitude.


    Les pouvoirs d'une voix, ramener la joie, prolonger la solitude

     

    Quand la voix aimée
    Passe

    Lointaine, inaudible,
    S'efface,
    Rêve inaccessible,
    L’esprit et le cœur las
    De l'absence installée,
    Rejoignent, meurtris
    Le grand silence

    Des ombres


    SIDO


            



    Un petit tour dans mon jardin ?...c'est sur l'autre blog  LIEN

    Quand la voix se fait joie...ou solitude


     


    10 commentaires
  • J’avais accueilli l’aube
    Comme un prolongement de la nuit
    Ame errante poursuivie
    Par les songes de bonheur détruit
    Soudain J’ai frissonné
    A l’appel de l’aurore
    De rose et d’ocre vêtue
    Puis j’ai frémi émerveillée
    Au  déclin du jour, venu
    En flambée d’écarlate,
    Accompagner mes pensées.
    Ô lumière tant de fois perdue
    Qui l'horizon dessine
    Ton chant est en moi
    Je sens ses accents adoucis
    Vibrer , éloignant mes peurs
    Ils me guident, apaisée,
    Vers ces paysages du coeur

     Si proches, si bien connus,
    Qu'en aveugle je ne voyais plus !

     

     

    LASIDONIE

    Si vous le pouvez, découvrez aussi  le blog d'images poétiques (lien en en-tête)...


    15 commentaires
  • Ô matins de tourments
    Sans couleurs, sans allant
    Où l’esprit
    Esclave des mots perdus
    Cherche désespérément
    Son salut
    Dans un passé terni !
    Que s’apaisent les vents,
    Que dévient de leurs routes
    Le prix de l'INSTANTLes lames de fond
    Charriant leurs ombres noires
    Débris des naufrages sans nom,
    Et la tombée du soir
    Espéré, attendu,
    Fera resplendir les eaux étales
    De reflets d’argent
    Et l’obscur sera éclaboussé
    De rêves irisés
    Comme autant de fragments
    De petits miroirs sertis
    Qui font naître la lumière
    Sur le manteau de la nuit
    ô goûter un temps
    La beauté de l’instant
    Jusqu'au matin
    Chargé de tourments

     

     LASIDONIE

     

    Dans quelques jours un autre poème fera suite à celui-ci, en le prolongeant... gris, rose.. ?

     


    9 commentaires
  •  

    Les mots éclatés
    Sont salutaires cris de douleur
    Torrent effritant les rochers
    Orage grondant leur fureur
    Ce sont ravages lus en déchirure
    Insoutenable affrontement
    De ce qui est blessure
    Mais combien plus éprouvant
    Les mots du dedans enfermés
    Les masques de nos vérités
    Affichés pour les étouffer.
    Dire, Crier, hurler sa peine,
    En atténue la force, la freine.
    Ce qui ronge, grignote les jours,
    Empêche d’en voir les limites
    Nous en éloigne toujours
    Et dans l’illusion nous précipite !

     

     

    LASIDONIE

     


    10 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique