•  

    Liberté suprême


    Liberté suprême

    Nul ne peut te dire, sinon soi

    Le cœur refuse ou accepte d’entendre
    L'appel des abîmes
    Un chant grave, sombre,
    En  basse continue
    Pour descendre au plus profond
    Ou Chant léger, joyeux,
    Appel à remonter, rejoindre
    Les eaux transparentes
    Où frétillent en ballets colorés mille vies

    Liberté, nul ne peut te choisir
    A la place de soi

    Liberté suprême

     

     

    SIDO

     


    6 commentaires
  •  

    Rêverie d'hiver 

     

    Un  automne flamboyant

    A pris possession de ma demeure

    Les profonds divans

    De soie sauvage

    Invitent à la douceur

    D'une caresse de  lumière

    Sur les plissés des voilages,

    Les livres empilés sur les étagères

        Ont les reflets de la flamme

                             Qui vibre, chante

    Rêverie d'hiver                   

    La musique des accords

         Dans le feutré des coeurs,

         Les miroirs en rougissent.

        L'hiver reste à la porte

        Dans sa triste pelisse

        Tachée de noir.

        Il fait si bon à l'intérieur

        Dans ma rêverie d'un soir....

     

     

    SIDO

     

     

    '

     

    (crèche napolitaine)

     

    Les blogs photos et de poésie japonaise attendent aussi vos impressions

    ( liens dans les étiquettes )


    5 commentaires
  • Un texte écrit début novembre qui aujourd'hui résonne tragiquement !

     

    Un ciel de nuit

     

    La  nuit

    en cet instant

    est un vaste jardin

    tapissé d'asters aux reflets

    argent

     

    Un air

    soudain surgi

    du fond de la mémoire

    accompagne un visage puis

    se perd

     

    Le noir

    en peu de temps

    prend possession du ciel

    éteignant dans mes yeux les fleurs

    d'étoiles

     

    Sido 3/11/2015

    Cinquain américain ( poésie brève , sur 5 vers,  en 2/ 4/ 6/ 8/ 2 syllabes

     

    Ciel de nuit

     

     


    5 commentaires
  • Impression,

    De la douceur,

    Du respire

    Pour des yeux

    Qui embrassent les champs

    Aussi loin que finit l'horizon,


    Une Impression

    Impression

    Quelques gouttes iodées

    Poussées par la brise

    Sur la peau dénudée

    Qui attend sa caresse

    Sous la lune, en total abandon

     

     

     

     

     

     

    Impression,

    Quelques touches

    En harmonieux pastel

    Pour des rêves

    Qui  appellent tendresse,

    Au paisible de roses buissons

     

    Une ImpressionL'impression

    Comme une renaissance

    Un léger frémissement

    Pour la vie

    Qu'il fait bon cueillir 

    A la croisée des saisons

     

    SIDO  

     

     

     


    6 commentaires


  • Pour me cacher   Errance
    M'oublier, un peu,
    Je me suis drapée
    Dans les tissus soyeux,
    Chatoyants,
    Rapportés
    De mes longues errances
    Dans ces pays
    Aux couleurs de miel
    Et de feu 

    Je me suis enivrée
    De senteurs étranges
    Epicées
    Envoûtantes
    Accrochées à mes pas
    Sous des cieux
    Aux couleurs d'ocre rouge
    Et de bleu,

    Abandonnée
    A la paresse
    Des pensées  
    Des désirs
    Sur des plages aveuglées
    De lumière exubérante
    Aux couleurs de turquoise
    Et de blanc

     

    Errance
     

    Je les ai côtoyées
    Arpentées,  longtemps,
    Ces terres lointaines
    Aux couleurs de mes rêves
     

     

    Mais le souffle du jour
    En a brisé les contours
    Dispersé les parfums
    M'a renvoyée à l'insipide
    Au Vide
    Vertigineux !



    SIDO

    Les créations de montage photographique sont l'œuvre de mon mari 

     

     

     

     

     


    6 commentaires
  •    J'ai admiré la vague soulevée,
    sur la mer en colère,   

    Apaisement

     

     


     

     


    En élevant mon  regard
    J'ai rencontré l'infini tourmenté, 
    Des sentiers hasardeux j'ai parcouru, 
    Vers des asiles mystérieux.
    Au delà des terres accidentées
    Mon esprit s'est un instant reposé
    Sur le miroir des eaux paisibles...

     

    SIDO


    8 commentaires
  •  

     

    Les lumières ont faibli
    Les vents s'en sont allés
    Comme endormie
    La maison désertée
    Résonne d'un vide immense
    Quelques reflets

    Et seuls dans l'ombre
    Quelques reflets ocrés
    Un zeste d'odeur traînant
    Dans un recoin
    Accompagnent les pensées
    Témoins furtifs

    De la joie d'autrefois.
    L’or se mêlait à l’oranger
    Au feu de nos désirs
    Il se ternit avec le temps
    Que nous reste -il

    Des parfums  éparpillés
    Au vent des soupirs

    Sur des rives de sable ?
    Les yeux voilés
    Accrochent un point,
    Lointain, mystérieux
    Caravane ou mirage
    Voile ou vaisseau fantôme ?
     
    Les lumières ont faibli

    Les vents s'en sont allés
    Seule la transparence de l'eau
    Réveille par instant les mémoires
    Au-delà des aubes

     

    SIDO
    (avril 2015)

     

     


     

     

     


    12 commentaires