•  

     
    Je ne peux m'empêcher en cette période d'être  écoeurée par ce que les médias montrent de consumérisme  ;

    même si l'on sait qu'une frange seulement
    de la population profite de ce que les vitrines
    proposent, comment ne pas réagir intérieurement  ; cadeaux pour son animal favori, groom (payant) de grands magasins pour garer la voiture, coach (payant)-cadeaux  pour les retardataires embarrassés, lumières  à profusion dans les villes, matraquage publicitaire  pour que chacun sache bien que, nom d'une pipe, c'est Noël donc consommez, consommez !  
    Quelques petits exemples glanés sur les grandes chaines de télévision.
    Rien d'autre  que du "marchandising" ; à défaut de se lécher les babines beaucoup se contenteront
    de  lécher les vitrines !
     Ah si l'on pouvait rendre à Noël sa simplicité !
    On entend partout ces mots : 
    " la magie"  la "joie " de Noël comme si la joie
    était un devoir associé à cette date.
     N'est beau dans tout cela que la lumière dans les yeux naïfs de l'enfant privilégié.

     Pourtant  il est tellement difficile d'échapper  à cette célébration  que je sacrifie ici à cette tradition en espérant que la formule consacrée  ait un fond de réalité pour le plus grand nombre, que les draperies chatoyantes ne soient pas  que des cache misère !

             

    SIDO ...

         qui déteste  les fins décembre

     


    4 commentaires
  •  

     

     

     

    « Les gens heureux n’ont pas d’histoire. Pour vivre heureux vivons cachés »

     

    Formules bien connues ! Le bonheur, surtout ne pas l’exposer aux regards des autres : il est si fragile, si volatile, qu’il faut jalousement le préserver de la convoitise d’autrui ! Seuls les oubliés du bonheur ont donc des choses à dire : Le bonheur ne se raconterait pas, il se vivrait sans besoin des mots, ces mots libérateurs pour ceux qui souffrent d’en manquer !

    Bonheur,  certains sont doués pour, savent le voir quand il passe, l’apprivoisent, le cajolent, et il se plait chez eux. D’autres, inaptes, aveugles, ou épris d’absolu, ignoreront toujours qu’il s’est présenté à leur porte …

    Il n’est pas question ici DES Bonheurs qui se confondent avec les plaisirs, aussi banals soient-ils ; Pour ceux là nul besoin d’apprentissage. Ce sont moments éphémères qui réjouissent les sens tels l’ouie, ou la vue, l’esprit parfois, mais s’envolent très vite. Rien de comparable avec cet état de plénitude qui s’installe, apaise, fait aimer la vie, et fait dire aussi à ses élus «  je suis tellement heureux que je voudrais en mourir » !

    Ah s’il existait une école du bonheur, ouverte à tous, on pourrait demander : "S'il vous plait, apprenez-moi le bonheur " !

      Mais c’est encore une des choses les plus inégalitaires qui soit pour le genre humain !

     

      "Ils ont tout pour être heureux" s'écrie tel ou tel ! Oui mais...


     

    P1020754-maries.jpg (noce traditionnelle, japon)

     

     

    "Bonheur : as-tu réfléchi combien cet horrible mot a fait couler de larmes ? Sans ce mot-là, on dormirait plus tranquille et on vivrait à l'aise."


    Gustave Flaubert 

     

     

    Lasidonie


    8 commentaires


  • Le texte de cette chanson de W. Sheller que j'aime beaucoup a figuré sur ce blog, c'est ici

    Aujourd'hui quelques réflexions sur le comportement humain me l'ont remis en mémoire et inspiré ceci :




    « Ce sont des choses humaines »

    Une bribe de chanson

    Un air modulé dans le ton,

    Pour rêve d’amour qui traîne

    Au petit bonheur la chance,

    Banalité des mots en apparence,

    Pourtant, quand on y pense...



    Choses humaines que ces regrets

    Mille fois éprouvés

    Mille fois jugés inutiles mais développés,

    Qui nous encordent l’âme,

    Choses humaines les désirs lance-flamme

    Mille fois  nous titillant

    Mille fois inaccessibles pourtant

    Que l’on croit seule raison d’exister,

    Choses humaines que ces élans

    Mille fois indomptés

    Mille fois, sur les obstacles, brisés

    Qui nous laissent désabusés, pantelants.

    Choses humaines que les désaffections

    Mille fois constatées

    Mille fois pardonnées

    Qui marquent le cœur d’indéfectibles sillons !


    Image Hosted by ImageShack.us

    Ainsi se maintiennent les fers

    De solides chaînes intérieures

    Mille fois causant douleur,

    Mille fois décadenassées

    Par l’aspiration au bonheur

    Cette chose humaine enviée,

    Que chante William Sheller ! *



    LASIDONIE

    (*chanson : "Un homme heureux". )


     


    6 commentaires
  •  


    Image Hosted by ImageShack.us

    Un bel emballage ne fait pas le cadeau ; L'importance du contenu ne fait pas son prix ; Son prix n'en force pas le sentiment ; Le sentiment sans retour meurt.


    Ainsi de l'amitié qui  vit de choses simples et de réciprocité . Sans elle ne reste en main que l'enveloppe du paquet cadeau préparé, devenue inutile , encombrante, à jeter...


    Image Hosted by ImageShack.us

    Soyons philosophe : C'est l'une de ces "choses humaines"  ! Elles feront l'objet de mon prochain billet.


    LASIDONIE

    5 commentaires


  •   

       La polémique n'est pas l'objet de ce blog, mais un petit coup de griffes de temps à autre, pourquoi pas ?
    L'an dernier presque à la même époque j'avais exprimé mes impressions acides à propos d'un fait divers
      " Louis XVI hébergé par Marianne" : lunatiquebleue.over-blog.com/article-5394215.html :

    Aujourd'hui cette une d'un hebdomadaire, qui n'est pas ma tasse de thé, dont je ne ferai pas la pub, a attiré mon attention ( la faute  ETT est dûe au scanner ), mais pour l'idée véhiculée par le titre accrocheur.


    Image Hosted by ImageShack.us

      En réalité l'article, non polémiste ( cet hebdomadaire ne l'est pas), se veut un inventaire des différents mode d'exercice du pouvoir depuis la première Présidence élue au suffrage universel, avec un point commun pour toutes : Elles génèrent  la courtisanerie, et l'ivresse de puissance grandissante, ce qui mimimiserait, légitimerait en quelque sorte celle...si particulière du  " PETIT NICOLAS " ( non ! pas celui de Sempé et Goscinny, qui fait les délices de nos enfants, et dont la fréquentation est des plus savoureuses , non, l'autre...le plus grand des petits).

      Pour ma part je verrai bien, revêtu de la perruque, chaussé de cothurnes, accessoires des comédiens dans la tragédie, pour se grandir, notre représentant national. Derrière lui, pressés de l'applaudir pour garder le deuxième ou le troisième rang, force courtisans, belles dames, éclipsées par la future première, pourquoi pas quelqu'évèques ravis que l'on rappelle au bon peuple que la France est fille ainée de l'église (!!!) malgré la séparation de l'église et de l'état, et face à lui , en bon serviteur exécuteur des ordres, le premier de ses favoris dans la noble attitude de soumission.

    Mais tout cela n'est que fiction, n'est-ce-pas ?

    En France on dit que tout finit en chansons, je finirai en poésie avec
    Mr De La Fontaine


          La génisse, la chèvre et leur soeur la brebis,
    Avec un fier lion, seigneur du voisinage,
    firent société, dit-on, au temps jadis,
    Et mirent en commun le grain et le dommage  
    Dans les lacs *de la chèvre un cerf se trouva pris.
    Vers ses associés aussitôt elle envoie.
    Eux venus, le lion, par ses ongles compta,
                Et dit: "Nous sommes quatre à partager la proie".
    Puis, en autant de parts le cerf il dépeça;
    Prit pour lui la première en qualité de sire:
    "Elle doit être à moi, dit-il, et la raison,
             C'est que je m’appelle lion :
         A cela l'on n'a rien à dire.
    La seconde, par droit, me doit échoir encor:
    Ce droit, vous le savez, c'est le droit du plus fort.
    Comme le plus vaillant, je prétends la troisième la troisième.
    Si quelqu'une de vous touche à la quatrième,
            Je l'étranglerai tout d’abord*. 

    * lacs : liens, corde
    * tout d'abord :  avant,


    En somme, Notre Nicolas s'est " taillé la part du lion"...
     
    LASIDONIE

    17 commentaires
  •     
     Noël 2007, ma pensée, mon sentiment n'ont guère changé depuis 2006, je ne peux donc que remettre ici un lien vers le texte du 24 dec. dernier pour ceux qui à cette époque ne m'avaient pas encore rencontrée.

    http://lunatiquebleue.over-blog.com/archive-12-2006.html


     Mais je souhaîte à tout ceux pour lesquels ces moments ont un sens, permettent aux liens de se resserrer, de les avoir le plus joyeux possible,
     Et leur offre mon "étoile" numérique.
    J' ajoute un petit texte écrit en commentaire sur le site d'Alain Barré (dans mes liens)





    Trop, c'est trop
    Nous avons le tout

    Eux le trop peu :

    Trop peu de pouvoir

    Jamais assez d’avoir !

    Trop peu d’argent

    Jamais assez de super intendants !

    Trop peu de religion

    Jamais assez de sermons !

    Trop peu de Croyants,

    Jamais assez de pratiquants.

    Le trop convient aux uns

    Le peu convainc les autres

    D’aller quérir le tout…

    Trop, c’est trop


    SIDO

    17 commentaires



  • Voici
    un vitrail découvert dans une ancienne église moyenâgeuse fortifiée sur l' ile espagnole de " Formentera". 

    Son symbolisme attira mon attention. Trois citations pour réfléchir :
     

     
    Trois comme les trois côtés du triangle divin ( la Trinité), architecture parfaite, dont l'oeil créateur, au centre de tout, nous envoie la lumière...Cinq rayons lumineux ou cinq marches symboliques à franchir pour s'élever jusqu'au  Parfait. 
    (Dans la symbolique des nombres 3 est le divin, 5, l'humain.) 


    Image Hosted by ImageShack.us



    Un peintre, un écrivain livrent leur approche de l'oeil :


    "D'un oeil regarder le monde extérieur, de l'autre, regarder au fond de soi-même"

    Amadeo Modigliani

    0000

    "L'oeil. En lui il y a l'âme, il y a l'homme qui pense, il y a l'homme qui aime, il y a l'homme qui rit, il y a l'homme qui souffre"
    ( "Le Horla")

    "L'oeil, songez à lui, il boit la vie apparente pour en nourrir la pensée, il boit la couleur, le mouvement, il boit les tableaux, tout ce qui est beau, tout ce qui est laid, et il en fait des idées"

    Guy de Maupassant 
    ("Un cas de divorce")



                                                                 LASIDONIE

     


    10 commentaires
  •  

     

     

     

         Comme celle de  tout bon citoyen ma main glissera demain la petite enveloppe précieuse messagère de convictions qui ont résisté à quelques doutes semés ici ou là. Mais au delà des idées je ne peux m'empêcher d'être perplexe devant ces incohérences extraordinaires :  Un prétendant  ayant soutenu par le passé  un autre de ses "amis" politiques , Mr Balladur, contre l'actuel Président, se voit adoubé, soutenu par ce dernier , qui de surcroît ne l'avait guère ménagé jusqu'à ces jours ! A exercé des années de fonction au ministère sans avoir réalisé aucune de ses promesses ! Un autre candidat se voit désadoubé par le fondateur de la même famille politique qui se disperse en fonction des prochains intêrets ! Ah Le pouvoir ! que ne ferait-on pour l'obtenir, se renier, renier ses ex amis, amadouer, racoler, accuser pour se dédouaner, tempêter contre les ex responsables-- il y a toujours des ex- responsables antérieurs, bien entendu.-- Et promettre de tenir ses promesses !! qu'on n'a pas su tenir !

     

     

    Déceptions, regrets, c'est ce que nous connaîtrons très vite...Mais une majorité du peuple aura parlé. Elle devra s'en souvenir...Et attendre...   

     *********************

              

     

    L'écriture, la poésie, ne promet rien, elle donne, de l'évasion, du rêve, de la musique et parfois ...des idées.

     

     

    C’est un matin  très incertain

    De ces jours mi raisin mi figue

    Où les plus gais dansent la gigue

    En applaudissant des deux mains

    Et d’autres un peu plus réfléchis

    Balancent d’un pas indécis !

    C’est un midi  pour les chagrins,

    Ni pas de deux, ni pas de danse

    La mer la campagne, le jardin,

    La liberté quoi qu’on en pense !

    C’est un mystérieux soir de mai

    Du  jour attendu convoité

    Par les valseuses ou les danseurs.

    C’est pour d’aucuns défaite ou fête.

    Les philosophes et les poètes

    Vers le muguet tournent leur cœur.

     

      

    LASIDONIE   

     


    17 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique