•  

     

    2017


    4 commentaires
  •  


    http://sido.eklablog.net/

     

    SIDO


  •  

      Un court passage pour  dire à ceux celles venant déposer ici  d'amicales pensées  que cela me touche beaucoup . Des moments si difficiles à vivre ! Un grand merci donc à vous tous.

    Si le coeur vous en dit d'anciennes publications  classiques ou libres  parues depuis 2005 sont accessibles dans la rubrique "choix de lecture"

     

    SIDO

     


    8 commentaires
  • Mes pensées, mon temps, depuis quelques semaines, sont occupés par de graves soucis ;
    aussi que les fidèles habitués (ées) de mes blogs comprennent mon silence sur les leurs.
    Merci à eux. Merci à vous.

    SIDO


    7 commentaires
  •  

    Une pensée ce matin à la relecture de commentaires anciens et plus récents, ici ou sur d'autres sites ; peu  captent des mots, des images au-delà  des apparences, de l'immédiateté ; peu de temps, facilité de l'aperçu,  conduisent parfois à s'en tenir à l'habillage ; et comme sont d'habiles caméléons, les mots ! Si on prend le temps de les déshabiller, que de sentiments, d'états d'âme, ils révèlent.
    Ecrire, se dire sans dire, c'est l'un des atouts du langage  grâce aux outils qu'il nous offre : image, métaphore, symbole, jeu de mots qui sous leur apparente légèreté révèlent tant ! La poésie japonaise en est un bel exemple, c'est ce qui m'attire en elle.
    Pudeur, délicatesse, crainte, conduisent l'auteur à ne semer qu'ici ou là des petits cailloux ; certes il ne peut attendre du  lecteur qu'il les aperçoive, il l'espère seulement et si c'est le cas les pierres sont comme polies, adoucies ; avoir été compris, c'est quelque part un partage, et la rupture d'un certain isolement.

    Bien entendu ces réflexions ne concernent que certains écrits, certaines images. Mais gardons nous du vite fait, vite lu, vite écrit, au risque de passer à côté de l'important, de négliger l'essentiel...

    L'habillage des mots

     

    SIDO

    (création photographique de mon mari)

     


    9 commentaires
  • Un tanka-prose ?

    Rendez-vous sur le blog Poésie japonaise ici

     http://sido.eklablog.net

    SIDO

     




  •  

    Que vive la mémoire

    Laisser une trace de mon passage, pour qu'elle reste dans la mémoire familiale après moi, telle a été ma démarche, en regroupant mes écrits dans 2 recueils : poésies classiques et libres  ( couverture ci dessus) ; un 3eme est en préparation.
    Ceux qui me suivent ont pu
    en grande partie les découvrir, les commenter, dans ce blog depuis 2005. Je les en remercie.

    *******

    cette semaine si vous voulez de la lumière c'est ici : http://sido.eklablog.net


    SIDO


    5 commentaires
  •  

    "j'ai cru avoir oublié, mais en réalité j'attendais".

    Une phrase dans un roman accroche soudain ; lue et relue, on la fait sienne !

    Les mois, les années défilent, la mémoire semble délavée comme ces vieilles photos que l'on retrouve jaunies au fond d'un tiroir où les avaient reléguées les nécessités d'avancer, de faire face aux responsabilités dans lesquelles volontairement ou involontairement l'on s'est installé. Un jour, un rien, une occasion, un détail, fait ouvrir le tiroir ; brusquement tout renaît des blessures que l'on croyait guéries, des désirs contenus, des sentiments étouffés. S'empare du coeur la même émotion, avec la même intensité que celle d'un autrefois qui redevient maintenant. Et l'on se reprend à vivre ces instants heureux ou douloureux, surgis du fin fond de l'oubli. Ils étaient là, en attente, prêts à prendre corps, comme une promesse qui ne demandait qu'à devenir réalité.

    C'est ainsi qu' un soir, dans un éclair de pensée sollicitée par une mélodie lancinante, tout à coup, je l'ai revu ; J'avais cru avoir tout effacé, juste une poussière de craie rose à peine laissée par endroits sur le grand tableau noir ; Non, il  était là à nouveau , dans l'instrument du musicien solo, dans les vibrations joyeuses des violons, tout de lui s'est imposé dans l'orchestre !...

    J'ai cru avoir oublié, en réalité j'attendais que renaisse l'émoi, intacte, qui m'avait jadis bouleversée, ce petit morceau de vie qui me serait restitué. ! Je l'ai revu, je l'ai aimé. je l'ai aimé encore, l'instant d'un concert...et le réel a repris ses droits.

      

    Un air pour un instant de vie

     

    Sido


    8 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique