• La vague immense







    J’ai le cœur au bord des lèvres

    Au bord des yeux

    Au fond tout au fond

    D’un abîme de désespérance

    Je voudrai retenir

    Ce qui monte au bord des lèvres

    Au bord des yeux

    Les rend humides

    Faire barrage à l’indécence

    Je voudrai endurcir

    Le  fond, tout le fond

    Et puis le  bord des yeux

     Mais la vague est immense

    Et mon coeur souffre

    De rage, de mal, de colère

    Qui s’échappent du bord des lèvres

    Du fond des yeux.


     


    LASIDONIE

     

    « Il file, il file, le bonheur : Pensées de J. Renard et de P. Fort.La nuit complice »

  • Commentaires

    16
    Samedi 20 Septembre 2008 à 10:12
    très beau bblog, les photos, les textes.
    a bientôt
    lylytop
    15
    Samedi 6 Septembre 2008 à 23:01
    Je n'avais pas entendu le concerto la dernière fois cela aurait été dommage de passé à côté, joli choix de musique, merci pour tes mots déposés chez moi Sido je les entends avec le même sourire
    14
    Samedi 6 Septembre 2008 à 19:56
    j'aimerais aussi durcir la lèvre.
    13
    Samedi 6 Septembre 2008 à 15:24
    Très belle interprétation de la tempête en gestation... mais sans vouloir faire de jeu de mots, n'y aurait-il pas un peu de vague à l'âme ?
    Amicales pensées,  Jyckie.
    12
    Samedi 6 Septembre 2008 à 09:11
    de vague en vague, ton corps s'endurcira, pas forcément ton coeur.
    Mais il est préférable d'avoir le coeur tendre
    11
    Samedi 6 Septembre 2008 à 08:35
    merveilleuse photo mqui me rappelle les vacances. bon week-end
    10
    Vendredi 5 Septembre 2008 à 22:57
    Tu l'as écrit pour moi souire magnifique texte qui m'inspire bcp bisous du soir et bon week-end
    9
    Vendredi 5 Septembre 2008 à 22:40
    Et le coeur balance les vagues de mots. Soirée bonne.        
    8
    Vendredi 5 Septembre 2008 à 20:29
    J'aurai tendance à te dire en ce soir, que ma  vague ressemble, hélas, beaucoup à la tienne
    Et voilà des mots tout à fait différents de ceux d'hier, et qui sait demain, pas un jour ne se ressemble
    Curieuse coïncidence , j'ai mis aussi la mer sur mon blog avec des mots qui nesont pas le miens
    Bises et bon weed-end Sido
    7
    Jeudi 4 Septembre 2008 à 20:56

    comme c'est beau bise et a plus tard et bon vendredi!

    6
    Jeudi 4 Septembre 2008 à 20:32
    c'est un poème très doux et très fort à la fois!
    on est balancé par le va et vient de tes mots comme par le va et vient de la vague!
    Il faut parfois se laisser aller et ne rien retenir sinon la vague peut se faire tempête!
    5
    Jeudi 4 Septembre 2008 à 18:28
    Il faut laisser la vague s'échapper et ne pas la retenir, surtout ne pas la retenir, c'est un peu le thème de mon poème qui paraîtra demain ..... Bises Sido
    4
    Jeudi 4 Septembre 2008 à 17:59
    Elle est magnifique cette vague et me laisse emporter par tes mots. je te mets là le lien pour faire le cube : http://www.franc83.fr/articles.php?lng=fr&pg=794
    3
    Jeudi 4 Septembre 2008 à 16:57
    C'est sans doute cette "fragilité" apparente qui fait notre force et notre humanité. Prenons garde de la protéger, à la négliger nous y perdrions ce que nous sommes.
    Que douce soit ta soirée mon Amie.
    2
    Jeudi 4 Septembre 2008 à 10:39
    Toujours aussi bien conçu ! Pour le moment, mes bords des yeux sont plutôt bien rouges !! Bises
    1
    Jeudi 4 Septembre 2008 à 10:37
     Sido,

    pourquoi tant de personnes ont le coeur lourd et l'envie de pleurer :( la vie moderne ne fait rien pour arranger les choses, c'est un monde d'égoïsme :(

    Le Var me manque :(

    Bises et bonne journée Sido.

    Joël.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :