•  

    floralie.jpg

     

     

    Dans une maison des couleurs
    C'est pour les  yeux que du bonheur

     

    floralie-tulipe.jpg

     

    Quelques regard sur ces corolles
    Pour remplacer toutes  paroles

     

    floralie-dahlia.jpg

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    J'invite ainsi  chaque passant
    A s'enivrer quelques instants

     

    floralie-bouton-rouge.jpg

     

     

     

     

     

    De ces beautés si naturelles
    Qu'on en oublie peine réelle

     

    Savourons les avec excès
    Dans l'intime les cultiver

     

     Car au coeur une floralie
    A bien des chagrins remédie.

     

     

    LASIDONIE


    12 commentaires

  • Il
    était 7H15, un regard, encore ensommeillé, par la fenêtre...


     



    Aux marges de la raison

    Aux frontières du rêve

    La limite est si infime

    Qui se plait à nous conduire

    De l’impossible à dire

    Au possible à écrire !

    Les mots messagers du soleil

    Se mettent à chanter

    En étonnantes vibrations

    Sans musique aucune

    Les merveilles du réel

    Aux ondoiements flammés

    Et le lever d’un jour

    Dans les cœurs embrumés

    Lasidonie


    18 commentaires


  • Il est de ces matins

    Levés avec le rien




    Ainsi du tout efface

    La plus infime trace




    Il est des soirs très doux

    Qui se couchent avec le tout,



    Des petits riens ont fait ramasse,

    Fruits couleurs qui jamais ne lassent

     

    Ces petits riens mis bout à bout

    Pour une vie jouent leur va-tout


    LASIDONIE

     

     

     


    6 commentaires


  • "Lumière profuse ; splendeur. L'été s'impose et contraint au bonheur".
     
    A. Gide  (journal).


    Cette pensée a réveillé des souvenirs en images, suggéré des mots   :




    Un de ces petits bouts du monde
    Où l'ombre est une amie des coeurs
    Pendant que la lumière éclabousse à la ronde
    Les corps trop alanguis, offerts à son ardeur

    Un de ces petits bouts du monde
    Pour les affamés de saveurs
    Exhalées des tonnelles; L'insoucieux succombe
      Laissant couler du temps ce qu'il a de meilleur


    Le bonheur a pris formes blondes
    Et transparence sans pudeur
    Dans ce panier d'été aux pensées moribondes
    Confites en sensations au parfum d'ailleurs.




    Paysages crétois




    LASIDONIE

    12 commentaires


  • Jeu avec l'image, jeu avec la couleur de fond des strophes, une façon symbolique de suivre l'écriture...


    ***

    Inutiles ces jours nouveaux
    Ciselés de l'or d'espérance,
    Stériles comme puits sans eau
    Espagne aux fallacieux châteaux
      ô vivre sans leur dépendance !



    Pouvoir laver le jour présent
    De cette haine qui prospère
    Savoir lui rendre simplement

    Sa vieille couronne d'argent.
    Ô, Le Vivre en paix, sans colère !



    couronne-jour.jpg
    (photo montage)


    Renoncer au rêves d'antan
    De son esprit tenir les rènes
    Qui se relâchent sous l'élan
    De fièvreux désirs mis en scène
      Ô, vivre en heureux innocent !



    Lasidonie


    9 commentaires
  •  

    Ce fut l'un de mes premiers "essais poétiques" ;  en photographiant ce ciel il m'est revenu en mémoire...



    (Photos sans trucage)



    Tu as traversé ma vie comme l’étoile filante

    Quelques secondes d’éternité

    Pour des yeux éblouis,

    Mille lumières entrevues

    Sur la mer à l’horizon d’un soir

    De douces vibrations perçues

    Comme notes cristallines

    Sur la harpe du coeur.

    Quelques secondes pour rêver :

    Sur toi l’espace s’est déjà refermé !

    Reste le mélancolique regret

    De t’avoir connu

    Si peu.



    Image Hosted by ImageShack.us

     

    Lasidonie

    (texte 2004)

     


    8 commentaires

  •  





    Image Hosted by ImageShack.us
     


    Rien, rien que de l'imperceptible,
    Un  souffle dans les feuilles, léger,
    Le bruissement d'ailes moirées
    Du papillon en promenade
    Le frôlement sec d'un insecte
     A la surface du miroir
    Qui trouble à peine le dessin
    De cet univers à l'envers
    Rien, rien d'autre que le pouvoir
    Du  généreux soleil de mai
    Sur les épaules nues offertes
    Rien rien d'autre que savourer
    La mise en suspens des mornes pensées,
    Et l'apaisement du coeur, indicible !

    Lasidonie

    7 commentaires


  • Deux photos prises le même jour, deux visions qui prolongent mon propos précédant ;






    Image Hosted by ImageShack.us


    L'arbre mort, plaie béante, carcasse échouée sur un monticule âpre et caillouteux, tristesse de la fin !

    Puis


    Image Hosted by ImageShack.us

    Le genêt blanc comme autant de flocons joyeux, neige du Printemps qui réjouit les coeurs.

    La nature, comme nous, passe sans cesse de l'une à l'autre...

     

    LASIDONIE

    7 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique