•  

     

     

    Image Hosted by ImageShack.us

     

     

     Le volcan

       

     

      Dans la secret de la pénombre   

      Sur les ailes des rêves audacieux   

      Soudain surgi d’un écran sombre   

      Un regard vient illuminer mes cieux.    

     

     

      Chaleur et flammes tout à coup m’embrasent   

      Raniment cet obscur désir enfoui   

      Comme de la lune les changeantes phases   

     Après glacier, ardent volcan je suis.  

     

     

     

    Et je me brûle au feu de Lucifer   

    Par un torrent or rubis submergée   

    Lumière dans le bonheur de l’enfer   

    Par un puissant élan de vie portée. 

     

      

     

    Dans le secret de la pénombre   

    Sur les ailes des rêves mystérieux   

    Furtif, s’est envolé dans l’ombre   

    Le clair fantôme des amours heureux !

     

     

                                                            

                                                                

                                                        LASIDONIE

                                                                                                                ( poèmes 2007)

     

     

     


    13 commentaires
  •  

    La typographie n'est pas un bug d'OB, comme ces derniers jours,
     
     
     
    Elle invite par un petit effort de lecture à percevoir l'écho et retenir ce qu'il renvoie...à imaginer( oui, ce n'est pas parfait ! ) le rapprochement, puis l'éloignement de deux âmes.
     
     
     
     
     
     
     
     
    Echo


        Le lui dire                                                             Te le dire
                     Il ne doit pas.                                                       Je ne dois pas
     
                                                                  Lui   écrire                               te   l'écrire                                                                                                  
     Il n'ose pas.                                                          Je n'ose pas.

     Très loin fuir                                                       Très loin fuir
    Il ne veut pas.                                                      Je ne peux pas !     
          Quand pourra-t-il le lui              dire                                 Quand pourrais-je te le  dire  
          Pourra-t-il le lui écrire                                        Quand pourrais-je te l'écrire

     Il ne sait pas !                                                       Je ne sais pas !  
     Que reste-t-il sinon                                               Que reste-t-il sinon
    une évocation,                          L'imagination                                         
    Le bel, le fol                                      espoir                                le bel, le fol  espoir
    Qu'elle le comprendra ,                                         Que tu me comprendras
    Puis le vouloir et croire                                         Puis m'obstiner à croire
    Qu'elle partagera ?                                              Que tu m'accepteras ? 

    Alors qui sait                                                        Alors qui sait
    Ils pourraient se l'écrire                                        Nous pourrions l'écrire
    Ils pourraient se le dire !                                        Nous pourrions le dire !  
    Hélas l'espoir a fui !                                               Hélas l'espoir m'a fuie !    
                                    Il appelle     :     le silence     
                                                     J'appelle :   un lourd silence
     Fait écho à son cri.                                                 Fait écho à ma nuit  

    C'est le noir infini                                                 Je ne suis plus  qu'un cri !   
      Pourquoi ce mal intense                                                                
                                     pourquoi   tant de souffrance ?    Pourquoi l'indifférence                          
                                                                                                                                                                                                 
    En lui il sait                                                          En moi je sais
     Que désormais                                                     Que désormais
                 Lui écrire                                                 Te l'écrire                                                  
                                       Le lui dire        
    Te le dire
    Il ne pourra                                                           Je ne pourrai
    Jamais !                                                                                       jamais

                                             Jamais...                                       Jamais...                                         

     

     

         

     

     
    Lasidonie   (poèmes 2005)
     
     
    (petite police d'écriture pour éviter la disproportion du module) 

     


    18 commentaires
  •      

      Connaissez-vous ces moments mystérieux où tout à coup, sans que l'on sache trop pourquoi, l'esprit semble se dérégler et vous entraîne dans des profondeurs grisailleuses ? Plus aucune lumière ne pénètre. On subit en aveugle ce passage dans l'obscurité ;  Toute couleur, autour de soi, a disparu. Soudain une toute petite fente dans cette caverne mentale, laisse apparaître un coin de ciel. Le noir et blanc , c'est déjà du passé, le technicolor l'a remplacé !

    La vie est là , à portée d'yeux , de coeur...Il suffit d'un rien pour capter ce petit rayon lumineux...

     

    Cinéma

     Etre heureux !

    Cela tient à si peu !

     

    L’esprit en noir et blanc faisait son cinéma ;

    Hier ? Pellicule noircie:Image Hosted by ImageShack.us

    Demain ne sera pas

     Chassée la vie !   

     

     

     

     

     

     

    Mais un mot lu,

    Et les blessures folles

    cicatrisent d’une  parole!                                  

    S’enfièvre de joie nouvelle, le cœur mis à nu.                                

                                 

     

    Image Hosted by ImageShack.us

    Jour radieux : 

    le film de la mémoire

    s’invente des couleurs de gloire

    Car l’âme rieuse a tout repeint de bleu !

     

                                

     Etre heureux !

         Cela tient à si peu !

    LASIDONIE

    Ce poème  figurait sur mes premiers articles d'août ; Présentation remodelé  je le fais re-apparaître, je m'en excuse auprés de ceux qui l'auraient lu ( peu à l'époque).


    17 commentaires
  •  

     

     

     

     

     

     

    Je voudrais tellement garder  

    Pour lui, par delà les années 

    Mon cœur et mon âme d’enfant 

    M’émerveiller de toutes choses 

    Voir avec des yeux innocents 

    Des saisons les métamorphoses 

    Dans le clair obscur du chemin 

    Porter mes pas légers dans l’ombre 

    Et ne plus craindre la pénombre 

    En confiant ma main à sa main !  

     

     

    Image Hosted by ImageShack.us

     

    Nous accepterions les tempêtes 

    Comme deux voiliers attachés  

    A l’ancre de nos doigts mêles 

    En proie aux efforts de la crête 

    Furieuse prête à nous engloutir.

    L’aube claire verrait nos émois  

    De vieux adolescents fleurir,  

    Heureux de balayer le froid  

    Qui glace mon âme vieillie ! 

    Oh, garder mon automne, pour lui.  

      

     

    Image Hosted by ImageShack.us

     

     

         Je voudrais, j’aimerais, oui mais

     

     

    Lasidonie


    18 commentaires
  •  

     

     

     

     

    Je voudrais écrire sur les nuages

    Qui tracent pour mes yeux

    Vivants tableaux,

    Sublimes paysages

    Ondulation des flots

    Peuplés de silhouettes étranges

    Evanescent mélange,

    Teintées de gris en camaïeu.

     

    Image Hosted by ImageShack.us

      

     J'aimerais écrire sur le soleil

    Ses premières lueurs,

    Rayons éveil

    De sensations très douces

    Promesses, pour quelques heures,

     D'un jour gai, sans secousse,

    Orange rassurant

    Teinté d'or pâle mêlé de blanc

     

     

    Image Hosted by ImageShack.us

      

    Pourtant sans soleil avec les nuages,

    Je pourrais écrire sur ton visage

    Ses émotions tracées

    Dans les sillons du temps

     Miroir  ici ou là brisé

    Carte des chagrins, des petits bonheurs,

    Reflet d'un coeur

    Teinté de noir, de rose, d'argent.

     

     

    Ecrire, je l'aurais pu

     si je t'avais tenu

    Mais je ne l'ai pas su !

     

                                                   

                                                       Lasidonie


    26 commentaires
  •  

     

    Une année s'est enfuie, une autre a pris la place, en reste çà et là pour quelques heures, quelques jours, des signaux tenaces...

     

     

     

     

    Arbre bleu 

     Magie de la fête  

     Cristaux lumineux  

     Scintillement de paillettes  

     Enchantement pour un soir  

     A l’approche de minuit  

     Infinis miroirs.  

     Féerie   

     

     

     

    Arbre bleu  

     Ultime vestige  

     Trop majestueux  

     D’autres nuits sans prestige  

     Témoin muet à l'aurore

     Lassé d’éclairer encore  

     Même sous la pluie.  

     Sans répit. 

      

     Arbre bleu  

     Oh, mirage, 

     Voici mon image  

     Qui apparaît peu à peu.

     

     

     

     

     

     

                                                          

     

     

                                                                    Lasidonie 

     

     

     

     

     


    17 commentaires
  •  

     

     

      Il y a parfois dans la vie de tous petits instants, quelques minutes où l'esprit soudain se fige sur des  gestes anodins du quotidien, réels ou imaginés...

     

     

    J’imagine des vagues et leur reflet  

    Dans l’ondulation de ta chevelure   

    Et la mer dans l’étouffé d’un murmure   

    S’en viendrait à mes pieds les déposer.   

    Offrande discrète, bonheur d’un regard   

    Aventure de mes doigts au hasard…   

    Ne ris pas, écoute comme mon cœur   

    D’une caresse en frémit de douceur !   

     

    Viens, rêvons, goûtons l’heure...

     

    Image Hosted by ImageShack.us 

     

     

                                                                     Lasidonie

     

     

     

     


    24 commentaires
  •  

     

    Je fais "remonter" ici un des tous premiers poèmes mis sur ce blog...petite paresse

     

     

    LE SILENCE, ombre et lumière

     
    J'ai évoqué déjà la nécessité de savoir " Faire silence", mais le silence n'est pas toujours un élément d'ouverture du coeur, d'écoute, il peut être aussi le moyen de se protéger, de s'isoler, comme derrière ces volets clos,  de ne pas dire ce que l'on attend de vous . Bien étrange le silence, mort et vie intérieure, ombre et lumière !

     

     

     

    Le silence

     

    J'aime de la nuit le silence apaisé

    Meublé de petits riens discrets, légers

    Qui effacent du jour lourdeurs assassines

    Vives fureurs et leur cortège d'épines.

    Les bruits ravageurs ont été balayés

    Par des bruissements, des murmures étouffés.

     

    Mais je hais du silence les malentendus

    Naissant quand toutes les paroles se sont tues

    Demi vérités, demi mensonges, rêves ?

    Questions obsédantes harcelant sans trêve.

    Je hais cette absence maintenue, la brume

    Des mots masqués, quand l'angoisse se rallume.

     

    Silence heureux de ces accords muets

    Malheureux de tous ces aveux cachés.

    Silence, je hais ton ambiguité.

                                                                                                                                                                              Lasidonie

     


    23 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique