• Jusqu'au dernier voyage

     

    Le fleuve court, en déraison,

    Gronde, roule ses eaux tumultueuses

    Pour atteindre le pays du soleil

    Où s’argente l’olivier

    Tandis que chante la cigale

    A l’ombre des grands pins

    Puis fatigué de son long parcours

    Il se prélasse, offre ses bras apaisés

    Aux flamants, aux oiseaux

    Dans une féerie inégalée.

    Ainsi du cœur de l’homme

    Assagi mais vibrant toujours

    Des beautés du monde

    Jusqu'au dernier voyage

    Le fleuve

     

     

    SIDO

     

     

    « L'hiver une image des motsMes peintures numériques : du figuratif à l'abstrait »

    Tags Tags :
  • Commentaires

    5
    Samedi 31 Mars à 16:18
    Annick SB

    L'eau coule, gronde, roule les cailloux aussi 

    Les souvenirs s'y font ricochets pour notre plus grand plaisir ....

    4
    Jeudi 29 Mars à 09:57

    Bonjour Sido,

    Le fleuve, la vie... Tous deux se ressemblent, tous deux courent vers ce voyage ultime, sans jamais revenir en arrière. De bien jolis mots pour nous en parler. Merci.

    Fabrice

    3
    Mercredi 21 Mars à 07:54

    Une page vraiment très belle avec ce dernier voyage illustré par une splendide photo...

    2
    Lundi 19 Mars à 12:26
    Belle métaphore que celle du fleuve serpentant comme notre vie qui, un, jour, termine son voyage. l'image est magnifique !
    1
    Vendredi 16 Mars à 13:26

    L'image est magnifique et le poème aussi...

    Il est beau ce voyage, et fût-il le dernier, il mérite qu'on s'y attarde.

    Merci pour cette page, Sido.

    Passe une douce journée.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :