• voyager : rêver, ou fuir ?

     

     

     

    Un flash-back sur un poème  en vers impairs  publié sur mon blog au tout début.

    Vacances, voyages, partir. Partir !  N'est-ce pas aussi fuir ce que l'on a en nous ?

     

     

    Voyage

     

                   Il est des voyages qu’on aimerait oublier :

    Projetés , baignés dans une atmosphère irréelle

        S’effacent du quotidien les peurs, tous les regrets.

     L’esprit distrait s’abîme dans les visions nouvelles.

     

     

    Couleurs, parfums, ravissent un cœur  égratigné !

    Les sons surprenants de musique inhabituelle

    Eloignent la mélodie des violons écoutés

    Et leur cortège de rêves brisés qui m’appellent.

     

     

     

     

    Disparus les vifs chagrins, les vaines espérances.

     Un à un palissent les visages familiers,

     Photo vieillie. L’âme en paix savoure le silence.

     Le temps s’éternise dans l’éphémère trop aimé.

     

     

     Pourtant il faut revenir, sortir du sortilège

    S’arracher brutalement au bonheur de l’oubli.

     Et resurgissent les angoisses que rien n’abrège

     Le mal est présent, tenace, il n’était qu’endormi.

     

     

     

    Enchantement payé d’une morsure cruelle !

     Tout a repris sa place, les souvenirs réveillés!

          Comme ces amourettes qu’on croyait éternelles

    Il est des voyages qu’on aimerait oublier.

     

     

     

    « La nature dégradée, image renvoyée...Un automne dans les pas de Cezanne... »

  • Commentaires

    15
    salamone giuseppe
    Samedi 26 Janvier 2013 à 14:38

    Bonjour Mme Sido,

    A la découverte du monde

    Par désir ou bien à la recherche de quelque chose
    On s'habille, on laisse derrière nous la porte close.
    C'est un matin splendide, un jour qu'on oublie pas
    Et même si le ciel nous semble faire la tête, là-bas!

    Il sera d'un bleu éclatant, d'une immensité sans faille
    Je sais maintenant, qu'une larme surgira du poitrail.
    Voyage, découverte, sensation forte qui nous soulève,
    Qui remet nos sens en émoi, on part avec le vent.

    Des monuments d'une beauté impressionante nous transporte
    Paris, Versailles, la Normandie, nous ouvrent leurs portes
    Désir, voyage, Syracuse la belle, l'Est de l'Etna c'est cruel.

    On part, on verra demain, on fina peut-être par s'oublier
    Partir, voler, atterir dans un lieu où la nature est plus belle.
    On se presse, on sent battre son coeur, on tourne le sablier.

    Giuseppe

    14
    Jeudi 8 Novembre 2007 à 11:50
    Tes poèmes ont parfois les accents de ceux de Marceline Desbordes-Valmore : beaux pour la forme et  empreint d'une  certaine nostalgie.
    cordialement
    alain
    13
    Jeudi 8 Novembre 2007 à 05:15

    Il est des voyages que l'on voudrait oublier, d'autres que l'on voudrait recommencer , ils baladent ainsi notre âme ...

     

    12
    ABC
    Mercredi 7 Novembre 2007 à 09:34
    Tous les voyages sont formateurs
    mais certains blessent les coeurs !
    11
    Mercredi 7 Novembre 2007 à 03:01

    Heureusement j'aime les voyages et je n'en garde que de bons souvenirs ! et rentrer à la maison est aussi un plaisir ! bizzzz !

    10
    Mardi 6 Novembre 2007 à 22:19
    En écrivant ce beau poème tu tournes le dos à l'oubli et c'est très bien comme ça, d'ailleurs veux tu vraiment l'oublier ce voyage ..je ne crois pas.  merci pour ton passage.
    9
    Mardi 6 Novembre 2007 à 22:08
    J'ai aimé ton texte à la construction bien originale. J'aime les audaces en poésies.
    J'ai également testé le vers sur 14 syllabes avec césure à sept. Puis le vers à 11 syllabes avec répartition de 6 et 5 syllabes en usage au XVIe siècle.
    8
    Mardi 6 Novembre 2007 à 18:28
    C'est vrai, il y en a tant...
    7
    Mardi 6 Novembre 2007 à 17:15

    Ce n'est pas pour rien que voyager rime avec oublier!..

    Bonne fin de journée Sido. Bisous.

    6
    Mardi 6 Novembre 2007 à 16:16
    Oublier, on ne peut oublier les pires instants, ils sont gravés en soi ccomme au fer rouge.
    Oublier, les enfouir sous les fleurs des jolis mots, du passé, du présent
    et peut-être ils s'étoufferont lentement
    O.
    5
    Mardi 6 Novembre 2007 à 13:28
    la vie effectivement nous happe au retour . nous avons vécu un deuil sitôt le pied posé en france. 

    Mais je crois que l'enchantement du voyage peut perdurer si nous le voulons ...en tout cas il laisse des traces en nous qui enrichissent notre sensibilité , notre esprit ...
    4
    Mardi 6 Novembre 2007 à 11:43
    Il est des voyages qu'on aimerait oublier
    Mais que resterait-il de nos souvenirs
    Effacer, laver, nettoyer, désinfecter
    Serait-ce cela la solution pour en finir ?

    Transformer l'amertume en saveur sucrée
    Regarder le film de notre vie en souriant
    Transformer ces moments en jolis clichés
    Peut nous permettre de reprendre la clé des champs

    Les voyages forment la jeunesse dit-on
    Ils forgent le caractère, apporte l'expérience
    Et jamais aucun de ces vieux dictons
    N'a été créé en toute innocence...

    Gros bisous ma Sido et bonne journée !
    3
    Mardi 6 Novembre 2007 à 10:15
    Sourires !  La plupart de mes voyages m'ont remplis de joies,puisque je faisais des découvertes ! Bises !

    Le premier com, doit être de ma femme !!
    2
    Mercredi 16 Mai 2007 à 07:50

    J'aime les voyages et surtout les moments de rêve qui les précèdent. Bisous

    1
    Mardi 15 Mai 2007 à 20:09
    Un amoureux, peut-être ;-)
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :