• Une note Gaie



    Image Hosted by ImageShack.us


     

     

    Et si pour une fois

    Portée  par un je ne sais quoi

    D’imperceptible,

    D’une fin d’été la senteur,

    Ou  dans l’air une tiédeur

    Ensoleillée, caressante,

    Une dernière cigale qui chante,

    Si, cette fois là,

    Je me laissais aller

    Sans souci de prosodie

    A laisser courir sur le clavier

    Des mots gais

     Ceux  qui effrayés me fuient

    D’être les sollicités perpétuels

    Des nuages noirs, des cieux inondés,

    Des tempêtes en ribambelles !

    Si…

    Rien qu’hypothèse, une pensée volatile,

    Une fraction d’atome

    Venue graviter en moi,

    Une poussière pour laisser trace  

    Du mot Joie.

    Si… !

    Et si j'ajoutais pourquoi pas ?

     

     

    Lasidonie

     

    « La joie de vivre selon ARAGONL'oiseau s'est tût »

  • Commentaires

    9
    salamone
    Samedi 26 Janvier 2013 à 14:39

    Il me viens l'envie de vous dire merci, à vous M. Sido,

    Sur un air d'accordéon, on fredonne un air de joie.

    C'est une chanson, 
    Qui nous ressemble,
    Moi je l'aimais
    Toi tu l'aimais.

    Bonne soirée.

    8
    Mercredi 5 Septembre 2007 à 22:17
    Hé bien ! la fin de ton texte a dessiné un sourire sur ma bouche, cela fait plaisir que tu écrives une note gaie. Que les sollicités perpétuels s'enfuient ! grand bien leur fasse ! Ca fait du bien de se laisser aller, et la photo du concert improvisé de Prague illustre très bien ce texte, je pense que ce voyage fut pour toi magnifique. Bonne soirée, bisous
    7
    Mercredi 5 Septembre 2007 à 20:05
    Si doux ce petit texte ... On en redemande!! sourire
    6
    Mercredi 5 Septembre 2007 à 18:15
    Oui pourquoi pas?
    5
    Mercredi 5 Septembre 2007 à 11:30
    Mots délicieux... je savoure!
    4
    Mercredi 5 Septembre 2007 à 10:02
    Tiens......."M'accorderez vous cette valse, madame ?" ;-)
    3
    ABC
    Mercredi 5 Septembre 2007 à 09:45
    Et si, et pourquoi pas
    Laisser place à la joie ?????
    2
    Mercredi 5 Septembre 2007 à 08:56
    Et tu as bien eu raison d'oser. Tes vers libres apportent un peu de chaleur à ces jours sans soleil.
    1
    Mercredi 5 Septembre 2007 à 08:40
    ... je continuerais par "lache-toi !" suivi de "je sais que tu le peux, tout le monde le peux" et je terminerais avec "tu connais si bien les mots que tu peux les parer d'étoiles, de fleurs et de papillons. Oublie un peu les fumées grises, les odeurs âcres et les arbres morts..."

    Je t'embrasse bien fort et te souhaite une excellente journée.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :