• "Un jour pousse l'autre" : rencontre avec Sully Prudhomme.

     



    Re-découverte d'un poète moins connu des jeunes générations, c'est mon coup de coeur du jour :
    Quelques mots simples, pour une vérité frappante :

    Image Hosted by ImageShack.us

    La vie nous mène par...le bouton d'une rose



    Au jour le jour

    Quand d'une perte irréparable
    On garde au coeur le souvenir,
    On est parfois si misérable
    Qu'on délibère d'en finir.

    La vie extérieure oppresse :
    Son mobile et bruyant souci
    Fatigue... et dans cette détresse
    On murmure : "Que fais-je ici ?


    "Libre de fuir tout ce tumulte
    Où ma douleur n'a point de part,
    Où le train du monde l'insulte,
    Pourquoi retarder mon départ ?
    -------
    Mais l'habitude, lâche et forte,
    Demande grâce au désespoir ;
    On se condamne et l'on supporte
    Un jour de plus sans le vouloir.


    Ah ! C'est qu'il faut si peu de chose
    Pour faire accepter chaque jour !
    L'aube avec un bouton de rose
    Nous intéresse à son retour.

    La rose éclora tout à l'heure,
    Et l'on attend qu'elle ait souri ;
    Eclose, on attend qu'elle meure ;
    Elle est morte, une autre a fleuri ;

     
    On partait, mais une hirondelle
    Descend et glisse au ras du sol,
    Et l'oeil ne s'est séparé d'elle
    Qu'au ciel où s'est perdu son vol ;


    ------
    Une larme veut qu'on demeure
    Au moins le temps de l'essuyer ;
    Tout ce qui rit, tout ce qui pleure,
    Fait retourner le sablier.

     

    Ainsi l'agonie a des trêves :
    On ressaisit, au moindre appel,
    Le fil ténu des heures brèves
    Au seuil du mystère éternel.
    ------
    Et sans se résigner à vivre
    Ni s'en aller avant son tour,
    On laisse les moments se suivre,
    Et le coeur battre au jour le jour.



    Image Hosted by ImageShack.us

    René-François SULLY PRUDHOMME (1839-1907)

    ("Les vaines tendresses")

    Note : Le poème étant assez long je l'ai condensé


    LASIDONIE
    « lever du jour : féérie en rose pour haikusDe l'insolite en Tunisie avec Ali... »

  • Commentaires

    9
    Vendredi 1er Février 2008 à 07:14
    Merci de la découverte..... C'est beau.... et triste comme la vie
    8
    Mercredi 30 Janvier 2008 à 18:59
    et oui Prudhomme écrivait pas si mal ... le classique a du bon c'est sûr bonne année 2008 à toi et aux tiens amitiés Marco
    7
    Mercredi 30 Janvier 2008 à 16:08

    joli poème ....

    bonjour ,

    mieux vaut tard que jamais ..

    mille excuses pour le retard mis à te répondre , je me suis absenté ..

    quoiqu'il en soit ,  je te souhaite en cette année nouvelle des tonnes de joies et de bonheur pour toi même et pour l'ensemble de tes proches ...
    Bernard

    6
    Mercredi 30 Janvier 2008 à 15:52
    Un de mes poètes préférés, "Ce vase où meure une verveine ...."
    Ses textes sont d'une grande netteté.
    5
    Mercredi 30 Janvier 2008 à 10:41

    Au jour le jour, ou de l'aurore au crépuscule c'est la vie !  Le lot de tous § Bises !

     

    4
    ABC
    Mercredi 30 Janvier 2008 à 09:54
    Tu l'as condensé mais a gardé l'essentiel, merci pour ce retour vers Sully Prudhomme, rappel d'un temps d'adolescence ou il fallait l'étudier , plutôt que le savourer ou l'admirer !
    3
    Mercredi 30 Janvier 2008 à 09:33
    Un écho profond , sans doute le fait de vivre des moments où le coeur saigne.
    Amitié
    michel
    2
    Mercredi 30 Janvier 2008 à 07:25
    Superbe!
    1
    Mercredi 30 Janvier 2008 à 05:05
    Ce qu'il est beau ce texte de "Au jour le jour".  Oui, à chaque jour suffit sa peine.  Il faut vivre notre moment présent, car hier n'est plus et demain n'est pas encore là.

    Oui, au jour le jour, il faut sourire à la vie, même malheureux, car la vie nous rendra ce sourire.

    Merci pour ce si beau poème.

    Bon mercredi et bisous de ta p'ite cousine du Québec.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :