•  

     

     

    La pensée de ce jour : LE SILENCE

     

     

     

    Dans la furie d'une époque où le bruit règne en maître, comme il fait bon parfois retrouver le silence. Si on sait l'écouter mille petits riens ténus, légers, trahissent une vie, des vies. L'esprit libéré des efforts, des tensions necessaires à la perception, peut pleinement s'ouvrir au monde. Ces deux vers de Musset  tirés de " Nuit de Mai"  illustrent cette pensée:   

       " La bouche garde le silence,

               pour entendre parler le coeur "

     

    Comment entendre les autres coeurs dans la masse auditive qui nous abreuve chaque jour ? Se taire et écouter ; Que de malentendus, de conflits évités, si les hommes savaient le faire ! Ecoutons au moins le coeur de nos poêtes...

     

    LASIDONIE


    3 commentaires
  •  

     

    Un  ancien poème revu et corrigé ; avec le temps apparaissent les maladresses, les inélégances des premières écritures  ! 

     

    La voix 

     

    La voix petite musique essentielle,
    Interprète privilégiée des mots
    Leur donne vie puissante, universelle
    Sait transposer leurs couleurs en écho

     

    Elle se joue des distances, du temps ;
     Sûre, entêtée, elle franchit l' espace
    Sans être invitée rompt l'isolement
    Occupe les pensées, laisse une trace.

     

    Tantôt, en dialoguiste d' un duo
    Elle s' invente instrument du harpiste, 
    Pour, discrète, accompagner le solo,
     Du prodigieux, prédominant, flûtiste.

        

     Tantôt,d'être l'ombre des mots lassée,
    Vexée par le  ballet de ces danseurs
    De l'écrit qui la tiennent éloignée,
    Elle s'affirme indispensable acteur  

    Lorsque le
      concert reste inachevé
    Elle fait silence
     , reprend sa place.
     Voix et mots sont partenaires parfaits
    Vibrante harmonie que rien ne remplace !

    SIDO

     

    >


    8 commentaires
  •  

    Mon coup de coeur du jour :

     

    Les mots, thème principal de ce blog, arrivent sous la pensée de bien des façons ! Clairs sans détours, ils expriment  sentiments, idées, " Je t'aime, je ne t'aime plus, je suis heureux, je suis malheureux ".

    Parfois ils préfèrent se  déguiser sous des symboles, la nature venant au secours des pudeurs à masquer" ma jeunesse ne fut qu'un ténébreux orage traversé çà et là par de brillants soleils". 

    D'autres fois ils se mettent à jouer sous les doigts du poète, jusqu'à délirer ! J'ai évoqué Queneau, Devos, en voici un autre : Grégoire Lacroix , une façon d'aborder avec fausse légèreté le "Je t'aime, moi non plus"  du couple en déroute.

     

     

     RÈGLEMENT DE COMPTES

     

     

    JE TE VOUVOYE

    TU ME TUES, TOI

    JE T'ASSUME

    TU M'ASSOMMES

    JE TE DESIRES

     TU ME DECHIRES

    TU ME DÉLESTES

    JE TE DÉTESTE

     MES DEMIS-PRESSION

    TES DEMI-VÉRITÉS

    TES VRAIES NATTES

     MES FAUSSES NOTES

     TES CASHEMERES,

    MON CAUCHEMAR!

    TON INDÉCENCE

     MON INCANDESCENCE

    TON COU DE BICHE

    MES COUPS DE BARRE

     TES COLÈRES STÉRILES

    MON CHOLESTÉROL

    TON ÉGOÏSME

     MON HÉROÏSME

    MES SI LONGS CIGARES

    TES SI LONGS SILENCES

    TES NUITS BLANCHES

    MES IDÉES NOIRES

     MES ÉTATS D'HOMME

    TES ÉTATS D'ÂME

    TU AS BESOIN DE TRANQUILLISANTS

     J'AI BESOIN DE TRANQUILLITÉ

     

     ALORS UN JOUR JE ME SUIS DIT :

    "ON NE PEUT ÊTRE JUGE ET PARTI" 

    ET J'AI CHOISI

    Je suis parti    

                                                         Gregoire LACROIX

     

     

    Grégoire Lacroix est l'un de nos humoristes, poète, contemporain, né en 1933. Journaliste, guitariste de Jazz, ses poèmes sont réunis principalement sous un titre"les aphorismes" pour lesquels il eut un prix littéraire.

     


    votre commentaire
  •       

        Hier c'était un poète inconnu qui s'était invité sur ma page. Aujourd'hui j'ai envie de le remplacer et de me dévoiler d'avantage :

     

     


      

     

     

    L'attente

       

    Attendre un peu, beaucoup,

    Passionnément, avec folie,

    C'est cette heure bénie

    De la rencontre, du rendez-vous

     

    Attendre c'est joie contenue,

    Emotion d'un coeur palpitant

    Qui guette fébrile, impatient,

    L'écho de la voix revenue.

     

    Mais attendre inutilement

    Déception, hélas, garantie

    Mal, révolte vive, infinie !

    Du pourquoi, tourment incessant.

     

    Pas du tout

    C'est choisir de bannir l'espoir,

    Cesser de persister à voir

    De vrais signes dans les cailloux !

     

    Marguerites,

    Après la marguerite, autant

    De  pétale du temps,

    Que j'effrite.

     

     


                                                                                                            Lasidonie

     

        

     


    13 commentaires
  •  

          Qui est lunatiquebleue ?

     Une jeune mamie ! Pas si lunatique que cela, plutôt amoureuse de Pierrot la lune, rêvant aux étoiles, et s'adressant à elles au travers de poésies. Passionnée de photos, de musique . Mais moderne la mamie ! L'informatique l'intéresse autant que la lune, alors pourquoi pas associer les deux ? Et faire partager ses petits plaisirs  ?

                             Une photo donc pour faire connaissance :

     

           

          et, pour cette

    première approche d'autres lunatiques, qui s'égareraient sur ma planète,

    quelques vers d'un poète peu connu : Antoine De Bertin

     

           " Ciel que le moment fuit ! que les plaisirs sont courts!

               Déjà la lune errante aux 2/3 de son cours

               Sous des nuages noirs se perdait, éclipsée

              L 'airain sonnait minuit, il fallait nous quitter."

       

    Antoine de Bertin était un poète né à l'ile de la réunion en 1752. Arrivé en France jeune ( 9 ans) il fit carrière dans l'armée (capitaine) et ecrivit des poèmes, les Elégies,  réunis sous le titre de ''amours". Il dépeint toutes les facettes du sentiment amoureux (haine, jalousie, plaisirs) selon la tradition poètique du XVIII em siècle. Il mourut jeune en 1790. 

     

     


    6 commentaires