• Et si ce soir on allait cueillir les roses?

                  

     "Des mots ! des mots ! cueillez les roses ! " T.de Banville

              

     "Quand vous devenez pessimiste regardez une rose" A. Samain

     

    "Ne voudriez vous pas entrer dans mon jardin, j'aimerai que mes roses vous voient " Sheridan R.Brusley. 

           

                                                   Moi aussi !

     

                             Quelques roses dans un bouquet

     

     

    Ont pris couleur de l'automne

     

     

    se sont fondues dans une vive harmonie     

     

     

      et sont devenus modèles

     

    de ces tableaux

     

     

     

    mes roses  ont revêtu une couleur exceptionnelle

     

    les metamorphoses des roses, mes photos

     

     

      

     à laquelle s'est jointe une jeune fille

    qui passait dans mon jardin

     

     

     

     Avez vous aimé mon jardin ? venez vous y promener...

    Lasidonie

     

     

     


    2 commentaires
  •  

     

     

             Evoquer la poésie c'est inévitablement parler de musique : 

     

     ''Le poète est un rossignol qui, assis dans l'obscurité ,chante de doux sons pour egayer sa solitude".

     

    Cette phrase du poète anglais P.Shelley résume parfaitement l'alliance poésie/musique. Celle ci a d'ailleurs donné lieu à nombre de pensées. Quelques unes, moins connues, au hasard :

     

     

    "La poésie est la musique que tout homme porte en soi " Shakespeare

    "La musique donne une âme à nos coeurs, des ailes à la pensée" Platon

    "Par delà les mots il y a la musique des vers" F.Cheng

     

     

    Ces deux dernières, plus intimistes, mettent le doigt sur les sensations, les sentiments, tout ce qui est ressort de l'intériorité du musicien ou du poète :

     

     

     "Nous nous cachons dans la musique afin de nous dévoiler"

    J.Morrisson

    "La poésie est mémoire baignée de larmes, la musique est mémoire de la mer"

    M.A.Asturias

     

    ******

     

     

    J'ai tenté à mon tour d'exprimer ce que l'écoute de la musique faisait surgir, d'émotions agréables ou nostalgiques ; Aussi contradictoires que peut l'être le silence souhaité et le silence subi !

     

     

     

     

    Mon amie

     

    Le jour s'unit à la nuit en noce effrayante.

    Musique, ma compagne d'éveil

     Toi mon soleil !

    D'un lendemain radieux tu endors l'attente.

     

     

     

      Mon coeur lassé souffre de trop d'indifférence !

    Musique, console moi!

     Apaise moi !

    Tu es là pour me faire accepter le silence.

     

     

    Ombres noires d'une âme meurtrie, mes pensées

    Tournoient, tourments ravivés par tes envolées !

    Musique, tyran de mon esprit,

     Mal infini.

     

     

    Loin d' images que dans mes rêves je devine

     Je fuis. Echappée de l' instant, douceur divine !

    Musique nostalgie,

    Ö mon amie !

     

     

     

    LASIDONIE


    5 commentaires
  •  

     Quelques photos aujourd'hui, un petit coup de baguettes à la "photoshop " et...

     

        

      Voici

     

    comment un buisson de fleurs sauvages se transforme au gré de l'imaginaire...

     

       

    un buisson de fleurs sauvages


     

     

     

     

     

     

         Le buisson d'or est devenu......  une draperie sous prisme 

     

      




       et ...Une étoile

       

     

        LASIDONIE

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

    C'est mon coup de coeur du jour :

     

     

    Mes idées tournent autour des mots.

      Si l'on veut prétendre à la poésie, c'est normal

    Mais souvent grand vide ! la page reste sans echo.

    C'est ce que Raymond Queneau

    appella l'instant fatal.

    Lisez, pour bien voir ce qu'ils ont de furtifs, ces mots,

     tels ces oiseaux  vagabonds qu'on voudrait arrêter

     un moment,  pour admirer,

    et qui dédaigneux s'échappent, vous sapant le moral... 

    Tu étais là, toi le décapant Raymond Queneau

    pour les saisir, avant de les laisser s'envoler...

     

     

    L'nstant fatal

     

     Bon dieu de bon dieu que j'ai envie d'écrire un petit poème

     Tiens en voilà justement un qui passe

     Petit petit petit Viens ici que je t'enfile

    Sur le fil du collier de mes autres poèmes

    Viens ici que je t'entube

    Dans le comprimé de mes oeuvres complètes

    Viens ici que je t'enpapouète

     Et que je t'enrime

    Et que je t'enrythme

    Et que je t'enlyre

    Et que je t'enpégase

     Et que je t'enverse

     Et que je t'enprose

    La vache ! Il a foutu le camp.

     

     R.Queneau

     

         R. Queneau né en 1903 fut l'un des fondateurs du mouvement surréaliste (avec A. Breton,, L.Aragon, P. Eluard) qui allait révolutionner l'expression artistique, en Poésie principalement, mais aussi en peinture (ex. le cubisme) et en musique (ex.E. Satie) 

     

    LASIDONIE           

     


    2 commentaires
  •  

     

     

    La pensée de ce jour : LE SILENCE

     

     

     

    Dans la furie d'une époque où le bruit règne en maître, comme il fait bon parfois retrouver le silence. Si on sait l'écouter mille petits riens ténus, légers, trahissent une vie, des vies. L'esprit libéré des efforts, des tensions necessaires à la perception, peut pleinement s'ouvrir au monde. Ces deux vers de Musset  tirés de " Nuit de Mai"  illustrent cette pensée:   

       " La bouche garde le silence,

               pour entendre parler le coeur "

     

    Comment entendre les autres coeurs dans la masse auditive qui nous abreuve chaque jour ? Se taire et écouter ; Que de malentendus, de conflits évités, si les hommes savaient le faire ! Ecoutons au moins le coeur de nos poêtes...

     

    LASIDONIE


    3 commentaires
  •  

     

    Un  ancien poème revu et corrigé ; avec le temps apparaissent les maladresses, les inélégances des premières écritures  ! 

     

    La voix 

     

    La voix petite musique essentielle,
    Interprète privilégiée des mots
    Leur donne vie puissante, universelle
    Sait transposer leurs couleurs en écho

     

    Elle se joue des distances, du temps ;
     Sûre, entêtée, elle franchit l' espace
    Sans être invitée rompt l'isolement
    Occupe les pensées, laisse une trace.

     

    Tantôt, en dialoguiste d' un duo
    Elle s' invente instrument du harpiste, 
    Pour, discrète, accompagner le solo,
     Du prodigieux, prédominant, flûtiste.

        

     Tantôt,d'être l'ombre des mots lassée,
    Vexée par le  ballet de ces danseurs
    De l'écrit qui la tiennent éloignée,
    Elle s'affirme indispensable acteur  

    Lorsque le
      concert reste inachevé
    Elle fait silence
     , reprend sa place.
     Voix et mots sont partenaires parfaits
    Vibrante harmonie que rien ne remplace !

    SIDO

     

    >


    8 commentaires
  •  

    Mon coup de coeur du jour :

     

    Les mots, thème principal de ce blog, arrivent sous la pensée de bien des façons ! Clairs sans détours, ils expriment  sentiments, idées, " Je t'aime, je ne t'aime plus, je suis heureux, je suis malheureux ".

    Parfois ils préfèrent se  déguiser sous des symboles, la nature venant au secours des pudeurs à masquer" ma jeunesse ne fut qu'un ténébreux orage traversé çà et là par de brillants soleils". 

    D'autres fois ils se mettent à jouer sous les doigts du poète, jusqu'à délirer ! J'ai évoqué Queneau, Devos, en voici un autre : Grégoire Lacroix , une façon d'aborder avec fausse légèreté le "Je t'aime, moi non plus"  du couple en déroute.

     

     

     RÈGLEMENT DE COMPTES

     

     

    JE TE VOUVOYE

    TU ME TUES, TOI

    JE T'ASSUME

    TU M'ASSOMMES

    JE TE DESIRES

     TU ME DECHIRES

    TU ME DÉLESTES

    JE TE DÉTESTE

     MES DEMIS-PRESSION

    TES DEMI-VÉRITÉS

    TES VRAIES NATTES

     MES FAUSSES NOTES

     TES CASHEMERES,

    MON CAUCHEMAR!

    TON INDÉCENCE

     MON INCANDESCENCE

    TON COU DE BICHE

    MES COUPS DE BARRE

     TES COLÈRES STÉRILES

    MON CHOLESTÉROL

    TON ÉGOÏSME

     MON HÉROÏSME

    MES SI LONGS CIGARES

    TES SI LONGS SILENCES

    TES NUITS BLANCHES

    MES IDÉES NOIRES

     MES ÉTATS D'HOMME

    TES ÉTATS D'ÂME

    TU AS BESOIN DE TRANQUILLISANTS

     J'AI BESOIN DE TRANQUILLITÉ

     

     ALORS UN JOUR JE ME SUIS DIT :

    "ON NE PEUT ÊTRE JUGE ET PARTI" 

    ET J'AI CHOISI

    Je suis parti    

                                                         Gregoire LACROIX

     

     

    Grégoire Lacroix est l'un de nos humoristes, poète, contemporain, né en 1933. Journaliste, guitariste de Jazz, ses poèmes sont réunis principalement sous un titre"les aphorismes" pour lesquels il eut un prix littéraire.

     


    votre commentaire
  •       

        Hier c'était un poète inconnu qui s'était invité sur ma page. Aujourd'hui j'ai envie de le remplacer et de me dévoiler d'avantage :

     

     


      

     

     

    L'attente

       

    Attendre un peu, beaucoup,

    Passionnément, avec folie,

    C'est cette heure bénie

    De la rencontre, du rendez-vous

     

    Attendre c'est joie contenue,

    Emotion d'un coeur palpitant

    Qui guette fébrile, impatient,

    L'écho de la voix revenue.

     

    Mais attendre inutilement

    Déception, hélas, garantie

    Mal, révolte vive, infinie !

    Du pourquoi, tourment incessant.

     

    Pas du tout

    C'est choisir de bannir l'espoir,

    Cesser de persister à voir

    De vrais signes dans les cailloux !

     

    Marguerites,

    Après la marguerite, autant

    De  pétale du temps,

    Que j'effrite.

     

     


                                                                                                            Lasidonie

     

        

     


    13 commentaires