•                            

      AUTOMNE

     

      

     Dans le brouillard s'en vont un paysan cagneux  

    Et son boeuf lentement dans le brouillard d'automne 

    Qui cache les hameaux pauvres et vergogneux.

     

    Et s'en allant là-bas le paysan chantonne

    Une chanson d'amour et d'infidelité

    Qui parle d'une bague et d'un coeur que l'on brise.

     

     

     

     

     

    Image Hosted <p><font color=

     

    Oh ! L'automne a fait mourir l'été  

     

    Dans le brouillard s'en vont deux silhouettes grises.

     

     

    G.APPOLINAIRE (Alcools)

     

     

     Une  petite indication :

         Cette photo est issue d'une incrustation de 3 images en couleur, travaillée ensuite en négatif puis en noir et blanc.

            Lasidonie

     


    13 commentaires
  •  

     

     Regardez les nuages " ces merveilleux nuages" de Baudelaire

    et observez le " jeu des nuages, jeu de la nature essentiellement poétique " ( Novalis )

     

     

     
    "Dieu est un fumeur de havane,je vois ses nuages gris, je sais qu'il fume la nuit" Gainsbourg
    "La sagesse n'est qu'un gros nuage sur l'horizon" Picabia
    "Les souvenirs sont du vent, ils inventent les nuages" Supervielle
     
    " Tout nuage n'enfante pas une tempête" Shakespeare
    Le baiser frappe comme la foudre, l'amour comme un orage, puis la vie se calme comme le ciel. Se souvient-on des nuages ? Maupassant (Pierre et Jean)
     

     

      Et pour terminer cette balade dans les nuages, un peu d'humour :

     

    " Le schizophrène construit des châteaux dans les nuages, le psychotique y vit, le psychanalyste touche les loyers" J. Laurence, dramaturge américain (1915-2004)

     

     

     

       

     

    LASIDONIE 

      

     

     

     

     


    11 commentaires

  • Image Hosted by ImageShack.us


     

    " Ô main divine "
    65 x 81cm

    Origine de l’idée :

    " Le tableau est né d’un flash que j’ai eu un jour en voyant, dans une revue animalière, une panthère faire une sieste au creux d’un arbre. Elle paraissait si bien, perchée en haut de ce tronc, qu’il semblait que rien ne pouvait l’atteindre, comme si elle était protégée par une divinité."

    Parick CKROGELET

    **********

     

     

     

     
     

      Les mains des artistes  musiciens, peintres, sculpteurs, ébénistes, m'ont toujours fascinée. C'est en pensant à celles qui re-créent que j'ai écrit ce qui suit.

     

     

     

     

    R.SCHNEGG " main du sculpteur"-Sanguine

     

     

     
     
     
    Les mains
     
     
     
    Tâtent, colmatent et puis polissent,
    Passent, repassent, inlassablement.
    Avec douceur elles guérissent
    Infatigables, persévérant.
     
    Bois craquelé tout vermoulu,
    Pierre fendue et abîmée
    Espèrent ces doigts assidus
    Savants. Dignité retrouvée ! 
     
    D’un geste très précis mais lent
    Je les devine, combien sublimes,
    La matière noble effleurant
    Pour sentir la vie qui l’anime.
     
    Bois, pierre, rechantent rajeunis
    Sous les caresses vespérales
    De ces passantes de minuit.
    Une visite machinale,
     
    Pour voir, toucher l’œuvre accomplie.
    Quelques heures immobiles : repos.
    Puis dès demain, belle harmonie
    Pour une autre touche au tableau.
     
    Artistes ou un peu médecin
    Des objets vieillis en détresse
    Auxquels vous redonnez jeunesse,
    O, je vous admire, vous, les mains.
     
      
     
     
     
     
    LASIDONIE
     
                                                          
                                                                   
     

     


    12 commentaires
  •  

     

        Un petit instant de reflexion pour completer le poème d'hier, 3 pensées, 3 regards dans le temps



      " Un oiseau en cage et c'est la liberté qui est en deuil"J.   Prévert deuil"J.   Prévert

     

    " "Le fait d'enfermer dans une cage des animaux fiers, est l'un des procédés les plus abominables de la colonisation " Louis ARAGON

     

     

     Et, pour élargir un peu, cette phrase de LAMARTINE, si contemporaine hélas :

     

     

      "Nous ne pouvons avoir deux coeurs, un pour les animaux, un autre pour l'homme. Dans la cruauté envers l'un et l'autre il n'y a aucune différence sauf la victime. "

     

     


    LASIDONIE


    16 commentaires
  • Mes oiseaux étaient tristes, l'un isolé attendant tristement sur son caillou au milieu de l'eau, un signe, un petit signe. -" solitude"!-

    L'autre embourbé dans la marée noire, celle du coeur, n'arrivait plus à croire au soleil. -" la mort de l'oiseau"-

     

     

     Mais comme dit la sagesse populaire " jamais deux sans etc.." j'en ai aperçu un autre dont la cage venait de s'ouvrir : une main innocente en avait ainsi décidé.

      

     

     

    L'oiseau libéré

    L'enfant me dit « pourquoi l'oiseau est-il si haut ?
    Ce bouton blanc, comme il est beau sur robe bleue ! »
    Son ami des jours gris le voilà sans fardeau,  
      

    Nuage matelot accroché à ses yeux.


    La cage sans son coeur a perdu son doux chant.
    L'enfant, soudain sans voix, du temps l'a délivré.
    Ses pensées poursuivent les ailes dans le vent
    Pour rejoindre là haut ce grand vol libéré.  

     


    Tout là bas dans l'azur l'oiseau peint son ivresse
    De croches dessinées en lignes d'arabesques,
    Et baguette de l'orchestre, la main de l'enfant
    Se met à l'imiter en larges gestes lents.

    Ses yeux, très loin, entendent encore l'oiseau,
    En fins fuseaux dernières notes éclatées.
    Sur ce jeune visage, comme une goutte d'eau
    Et sur une plume,  petite main refermée.


     

    Dans son dernier adieu l'enfant fait la promesse:   

    Cage dorée miroir, plus jamais ! ni tristesse.

     

     

     

     

      Pour fuir loin de l'ennui qui teint le ciel en noir    

    O, voler nous aussi avec l'aile du soir.

     

     

    D et N  

     Ce poème est le fruit d'une collaboration amicale ;  la mienne, modeste, ayant consisté à mettre en forme ici ou là pour donner un peu de musicalité à ces mots que j'ai aimés.

     

     

    LASIDONIE


     

     

     

     


    7 commentaires
  •    

     

       Le passé, cet espace temps, qui a fait gémir plus d'un poète, qui peut être souffrance, ce que j'évoquais hier, peut aussi être appui pour un meilleur présent.

      Je livre les mots de deux poètes sur ce thème, et quel plus bel avenir que l'image de ces enfants d'ailleurs ?

       "Le passé est un oeuf cassé, l'avenir est un oeuf couvé. "

    [Paul Eluard] Extrait de 'Les sentiers et les routes de la poésie '

     

     

     

     

     

    "           " Le passé, l'avenir, ces deux moitiés de vie, dont l'une dit jamais, l'autre dit toujours"   

      [Alphonse de Lamartine]

     

    LASIDONIE


    13 commentaires
  • "J'ai plus de souvenirs que si j'avais mille ans "    Baudelaire

     

    "Notre tête est sans cesse envahie par des retours en arrière sur un passé qui n'en finit pas de nous faire souffrir...Mais faut-il éternellement nous laisser submerger par ces maladies de la pensée ?

    Sommes nous prisonniers d'un système de pensée sans pouvoir réagir ? Seule la compréhension de ce qui fait mal peut permettre un jour de guérir."

     (extraits du livre de C.Bensaïd, psychiatre, psychothérapeute)

     

    ALORS REAGIS, MON COEUR !

     

     

    Balade pour un coeur

     

    Les jolies fleurs

    Ont desséché

    Dans le bouquet,

    Comme mon coeur

    Ratatiné.

     

    Oiseaux d'ailleurs

    Déçus, lassés,

    Ont déserté,

    Comme mon coeur

    Trop délaissé !

     

    Et le bonheur

    S'en est allé,

    M'a oublié,

    Comme mon coeur

    Si épuisé!

     

    Adieu mon coeur !

    Fais toi raison

    Mon compagnon !

    Adieu lueur?

    O ! Et puis, non !

     

    Tiens bon, mon coeur

    C'est du passé !

    Bientôt l'été ;

    Gaîté, chaleur

    Tu vas trouver.

     

     

     

    LASIDONIE


    7 commentaires
  •  

     15/01 : Sourire sur le blog photo c'est ici : link
    *************************************


    Re-édition d'un article publié en 2006...Le temps passe mais les souvenirs restent, heureux ou douloureux !

    "J'ai plus de souvenirs que si j'avais mille ans "    Baudelaire

     

    "Notre tête est sans cesse envahie par des retours en arrière sur un passé qui n'en finit pas de nous faire souffrir...Mais faut-il éternellement nous laisser submerger par ces maladies de la pensée ?

    Sommes nous prisonniers d'un système de pensée sans pouvoir réagir ? Seule la compréhension de ce qui fait mal peut permettre un jour de guérir."

     (extraits du livre de C.Bensaïd, psychiatre, psychothérapeute)

     

     

     


      Bouquet sec

     

    Balade pour un coeur

     

    Les jolies fleurs

    Ont desséché

    Dans le bouquet,

    Comme mon coeur

    Ratatiné.

     

    Oiseaux d'ailleurs

    Déçus, lassés,

    Ont déserté,

    Comme mon coeur

    Trop délaissé !

     

    Et le bonheur

    S'en est allé,

    M'a oublié,

    Comme mon coeur

    Si épuisé!

     

    Adieu mon coeur !

    Fais toi raison

    Mon compagnon !

    Adieu lueur?

    O ! Et puis, non !

     

    Tiens bon, mon coeur

    C'est du passé !

    Bientôt l'été ;

    Gaîté, chaleur

    Tu vas trouver.

     

     

     


     

     

     

     

    Poème écrit sans conformité avec les règles classiques qui voudraient une alternance de rimes feminines et masculines (en poésie aussi le couple est le modèle...! ). Mais la construction identique de chaque strophe en permet le rythme.
    lasidonie

     


    11 commentaires