• Quand la Voix fait silence

       

     

    Reprise d'un très ancien poème 

     

    Silence d'une voix

     

    La voix du silence

     

     Le silence,  effroyable vêtement de deuil,

    Pèse indéfiniment sur ma banale histoire

    Façonnée de sable, brisée sur les écueils,

    Allant en naufragée de déboires en déboires.

     

    Ta voix choisit le vide, de mon sort décide.

     

    Les mots me harcèlent du besoin d’exister

    De peindre du vieux cœur les brefs sursauts de vie

    A quoi bon leur céder s’ils ne sont écoutés

    Leur écho, sur moi seule, sonne tragédie

     

    Feindre l’indifférence, étouffer ce qui pleure

    En soi de n’être pas compris, se résigner

    En luttant chaque jour, ou bien penser « je meure ».

    Du trop plein de chagrin vouloir se délester.

     

    Ta voix s’est éloignée, de moi s’est détournée.

     

    J’ai recouvert de noir mes feuilles inachevées

    Afin d’insignifier les traces de mes bleus

    Mais  au soir de ma vie je les ai retrouvées

    Encore vibrantes d’indéfinis heureux.

     

    Le silence ne les peut empêcher de  dire !

    Bien cachés sous le voile, entend les murmurer

    Les  soupirs interdits, les désirs en délire ;

    A vivre ensevelis tu les as condamnés.

     

    Ta voix s’est tue,  la mienne s’est perdue.

     

    L’effroyable silence pourvoyeur d’oubli

    Du cœur un orateur, souvent un tortionnaire

    Se plait à se jouer des rêves éconduits

    D' histoire trop banale au parfum délétère.

    Silence d'une voix

     

    -----------------------------------------------------------------

     

    N'étant pas encore bien "au clair" avec moi-même  j'avoue manquer de punch pour aller vous voir, vous qui fidèlement venez me lire.  Je m'efforce de garder avec l'écriture, la photo, une sorte de complicité "amicale " !

    Merci à vous

     

    SIDO 

     

    « AutomneLe faux du vrai ? »

    Tags Tags :
  • Commentaires

    4
    Mercredi 9 Novembre 2016 à 14:17

    Très beau et très parlant . Continuez

    3
    Lundi 17 Octobre 2016 à 10:52

    oui, conserver le lien avec l'écriture et un jour, s'abandonner sur la feuille blanche pour rompre ce silence qui fait si mal

    2
    Samedi 15 Octobre 2016 à 15:55

    Cette voix dans le silence,

    c'est la tienne et tes amis mêmes virtuels

    l'entendent!

    Ton poème est d'une grande tristesse mais aussi d'une grande beauté!

    J'espère que des étoiles d'espérance viendront te murmurer quelques mots de joie parmi les cendres du passé!

    Marie

    1
    Samedi 15 Octobre 2016 à 10:31

    Ce poème est très beau, Sido.

    Rien n'est facile et je peux le comprendre, ne t'en fais pas.

    Prends bien soin de toi.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :