• Poésie ancienne : Un rondeau pour la nuit.

     

    La poésie dite classique cède de nos jours la place à la poésie dite libre qui s'affranchit des régles de la métrique contraignante.

     

    Pourtant nous avons de beaux exemples de ces poèmes aux formes presque disparues. Le rondel par exemple dont je vous laisse apprécier le rythme chantant, rendu, entre autre, par la répétition des rimes.

     

    Le Rondeau ancien ou RONDEL est un Poème de 13 vers : 2 quatrains et un quintain, en octosyllabes comportant un refrain,  et construit sur 2 rimes.

     

     

    Image Hosted by ImageShack.us

     

    La nuit

     

    Nous bénissons la douce nuit

    Dont le frais baiser nous délivre

    Sous ses voiles on se sent vivre

    Sans inquiétude et sans bruit.

     

     

     

     

    Le souci dévorant s'enfuit

    Le parfum de l'air nous enivre :

    Nous bénissons la douce nuit,

    Dont le frais baiser nous délivre.

     

     

     

    Pâle songeur qu'un dieu puissant poursuit, 

    Repose-toi, ferme ton livre.

    Dans les cieux blancs comme du givre

    Un flot d'astres frissonne et luit :

    Nous bénissons la douce nuit.

     

     

    Théodore de Banville (XIXeme s.)

     

     

     S'essayer à ce genre de contrainte, au delà de l'artifice inévitable, permet une plus grande recherche des mots, de les ajuster à la pensée, et surtout de créer un effet musical : "de la musique avant toute chose" disait Verlaine.

    J'ai un faible pour la forme fixe en poésie, vous l'avez deviné !! j'ai donc tenté aussi cette forme poétique que vous trouverez en allant :  Douce nuit : un rondel (ou rondeau)


    Lasidonie

     

    « Seychelles, temps retrouvéUne fleur de l'olympe : l'iris »

  • Commentaires

    17
    Vendredi 13 Avril 2007 à 21:24
    Je n'ai jamais étudié la poèsie, en tout cas si peu ! mais instinctivement j'écris les textes de mes chansons,  je crée également les musiques sans connaître la musique, tout avec l'oreille.
    J'étais complexée  jusqu'au jour où j'ai rencontré des professionnels dans mon cas et ils m'ont expliqué comment ils travaillaient. Du coup je me suis lancée.
    J'admire la qualité de tes textes. C'est beau ! A+
    16
    Vendredi 13 Avril 2007 à 08:52

    ... et "La nuit" est toute musique!..


    Bonne journée. Bisous.

    15
    Vendredi 13 Avril 2007 à 08:33

    Bonne journée de la chance!!! gros bisous, christel

    14
    Vendredi 13 Avril 2007 à 06:15

    Se laisser aller d\\\'un poème à l\\\'autre, d\\\'un auteur illustre ou inconnu, au gré des ballades et des partages. Bonheur du petit matin.


     

    13
    Jeudi 12 Avril 2007 à 23:26
    Bonsoir Sido...
    Exceptionnellement, je viens demander l'aide de mes amis des blogs. Ce n'est pas mon habitude, mais c'est pour aider quelqu'un. Pour çà, j'écris le même commentaire à tous... Désolée... ! Première et dernière fois, promis ! Alors voilà... J'ai écrit un article, après avoir lu des mots qui m'ont émue sur le blog de cette personne. Et j'aimerais qu'elle puisse avoir différents avis sur le sujet. Aurais-tu le temps de me donner le tien ?
    Merci d'avance et merci de ta compréhension.
    Bisous.
    12
    Jeudi 12 Avril 2007 à 21:48

    De soi-même


    Plus ne suis ce que j'ai été,
    Et ne le saurais jamais être.
    Mon beau printemps et mon été
    Ont fait le saut par la fenêtre.
    Amour, tu as été mon maître,
    Je t'ai servi sur tous les Dieux.
    Ah si je pouvais deux fois naître,
    Comme je te servirais mieux !

    Clément MAROT (1497-1544)
    (Recueil : Epigrammes)

    Un gros bisou à toi Sido...
    11
    Jeudi 12 Avril 2007 à 21:01
    Je m'entraînerai, ce sont effectivement les plus beaux poèmes ; mais tu es douée pour ces excercices car tu es un vrai poète .
    10
    Jeudi 12 Avril 2007 à 20:37
    Je reconnais là cette envolée lyrique particulière de L. de Lisle . C'est , pour mon goût , ( on peut y voir de la grandiloquence) très beau. Merci à toi, Bernard.
    9
    Jeudi 12 Avril 2007 à 18:58
    Aie! moi et les contreintes ....
     mais c'est superbe ce texte ...


    BISOUSSSSSSS du grand nord avant de filer au sud ce dimanche et rassure toi ...c'est pour arriver au Venezuela que je fais tout ça ...
    c'est mon but ...y arriver et tourner la page ...méme fermer le livre
    je t'embrasse fort et merci d'étre là
    8
    Jeudi 12 Avril 2007 à 18:16

    je te souhaite une très bonne soirée , bisous, christel


    nb: j'ai ouvert un nouveau blog sur ma ville si tu veux aller y faire un tour http://annecymaville.over-blog.com ( si tu y es déjà passé(e) vérifie que tu te trouves bien dans les blogs amis ! )

    7
    Jeudi 12 Avril 2007 à 17:48
    Bonne fin de journée

     
    6
    Jeudi 12 Avril 2007 à 15:23

    bonjour et merci de ton gentil message ..


    je te mets ce poème  ...pour ta photo ...qu'en penses tu ??


    je te souhaite un excellent après midi ..


    "l'orbe d'or"


    "L'orbe d'or du soleil tombé des cieux sans bornes
    S'enfonce avec lenteur dans l\\\'immobile mer,
    Et pour suprême adieu baigne d'un rose éclair
    Le givre qui pétille à la cime des mornes.

    En un mélancolique et languissant soupir,
    Le vent des hauts, le long des ravins emplis d'ombres,
    Agite doucement les tamariniers sombres
    Où les oiseaux siffleurs viennent de s'assoupir.

    Parmi les caféiers et les cannes mûries,
    Les effluves du sol, comme d'un encensoir,
    S'exhalent en mêlant dans le souffle du soir
    A l'arome des bois l'odeur des sucreries.

    Une étoile jaillit du bleu noir de la nuit,
    Toute vive, et palpite en sa blancheur de perle ;
    Puis la mer des soleils et des mondes déferle
    Et flambe sur les flots que sa gloire éblouit.

    Et l'âme, qui contemple, et soi-même s'oublie
    Dans la splendide paix du silence divin,
    Sans regrets ni désirs, sachant que tout est vain,
    En un rêve éternel s'abîme ensevelie."


    Charles Marie Leconte de Lisle

    5
    Jeudi 12 Avril 2007 à 09:28

    J'aime également les poèmes à forme fixe. Quand ils sont réussis la beauté de leur forme et la puissance de leur contenu font qu'on ne les oublie pas. >Toutefois les contraintes qu'ils imposent sont souvent source d'artifice !...


    Le rap et le slam d'aujourd'hui rejoignent cette idée d'une forme contrainte mais à minima : rimes ou assonnances sans souci de leur ordonnancement, accumulation de sons et longueur approximative des vers... J'aime aussi cette poésie là.


    bonne journée Sido


    alain

    4
    Jeudi 12 Avril 2007 à 09:25
    Je vais t'avouer ceci. Je n'ai jamais eu le temps de m'adonner à la poésie. Je ne le fais que depuis que je suis en retraite, et encore selon la disponibilté de mes yeux. Alors certains blogs sont les bienvenus !
    3
    Jeudi 12 Avril 2007 à 09:12
    Ca me fait plaisir de redecouvrir les formes classiques.
    2
    Jeudi 12 Avril 2007 à 09:04
      Claudiogène : Le Rondeau est né au 14ème, abandonné plus ou moins au 17eme, puis renaît au 19eme avec  De Banville.
    1
    Mercredi 11 Avril 2007 à 22:20
    Peut-être me trompe-je.
    Mais, ma mémoire associe rondeau à Clément Marot, ce poète du XVIème siècle qui m'avait marqué, il y a longtemps.
    Merci pour ces retours aux sources Lasidonie.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :