• Parents, enfants : l'expression des sentiments

     

      La lecture d'un article chez Claudiogène, puis chez Mathéo ( voir dans mes liens), m'amène à ces quelques réflexions :

      Il y a dans notre parcours d'adulte des étapes marquantes. Certaines, sont des joies pures, d'autres des douleurs dont on ne se débarrasse pas ou mal, le départ de nos parents par exemple, la perte d'un être cher. Un jour un besoin irraisonné de parler, d'en parler, submerge l'encore proche pudeur, l'annule et les mots jaillissent, independants, sans fioriture ; On les écrit sur une page, ou sur un écran, on les cache dans un tiroir, ou dans un dossier anonyme de son P.C. Pour soi, rien que pour soi. Tout ce qu'on n'a pas pu ou su dire...

    Voir tracer ces lettres, apparaître les mots chargés de leur contenu affectif, c'est un peu comme si l'on redonnait vie à ce qui n'est plus, et rendait encore plus vivant ce qui continue d'exister en nous.

     

    Image Hosted by ImageShack.us C'est une étape importante mais elle n'est pas la seule. Ouvrir le tiroir, en extraire le discret feuillet, le mettre à la lumière pour que le regard des autres, inconnus, s'y penche, est un moment difficile pourtant il s'impose de lui-même, un jour,  libération de sentiments tenus secrets trop longtemps...

     

    Chansons (Daniel Guichard " Papa"), quelques lignes de prose, un poème, une musique composée, nombreuses formes pour une mémoire restituée.

     

    Certains ont cette spontanéité merveilleuse qui permet l'échange de l'affectif, sans retenue. Pour ceux là tout est si simple ! Pour d'autres, hélas, seul le temps, le recul, la distance feront leur chemin...Je suis dans ce cas.

    Lasidonie

     

     

     

     

     

    *********************************

     

     

       Un texte que j'ai écrit en novembre 2006, pour mon père, certains l'ont déjà lu :  http://lunatiquebleue.over-blog.com/article-4522527.html

     

     

                        Lasidonie 

     

    « l'intolérance, le racisme, vus par R. DEVOSmessage »

  • Commentaires

    11
    Samedi 28 Avril 2007 à 02:27

    en lisant ton texte je pense a mes parets tous les deux de l'autre côté du mirroir...


    j'aime a penser a eux deux reunis a jamais, nous attendant tels ils l'avaient déjà fait il y a 54 ans  oui la vie est un eternel recommencement....non ?


    Sont ils deja redescendues sur terre dans un autre corps ?


    Que de mystères entourent les personnes qui partent dans cet autre monde ...


    Je pense souvent a eux, eux sans qui nous ne serions pas là...


    Je leur en veux aussi parfois de nous avoir abandonnées la seul si seul sans eux pour nous guider, nous conduire encore un petit peu sur les chemins de cette terre.


    oui des fois j'aimerai pouvoir aller leur faire un petit coucou histoire de voir que tout va bien pour eux.


    Tien je rêve


    amicalement


    Béatrice

    10
    Vendredi 27 Avril 2007 à 07:30
    gros bisous et bonne journée, christel
    9
    Jeudi 26 Avril 2007 à 21:45
    C'est très beau . Oui ,certaines personnes peuvent parler et d'autres non . Il faudrait créer un ' papier libre ' dans ce genre de réflexions, cela aiderait . Je retrouve des similitudes dans les silences, sans doute commune à beaucoup d'autres . Je suis moi même peu expressive, je pense, réfléchis, analyse . ..sans demander à qui que ce soit , si mes idées sont bonnes ou mauvaises.Puis j'essaye de tourner la page, mais bien évidemment, à un moment donné, les souvenirs reviennent et là, j'ai envie d'en parler .La création de mon blog, m'a aidé à m'exprimer d'une certaine façon .
    8
    Jeudi 26 Avril 2007 à 20:49

    Tu sais si bien dire ce que l'on ressent....


     


    Image Hosted by ImageShack.usbisous
    7
    Jeudi 26 Avril 2007 à 19:32
    il le comprendra tôt ou tard, Joël
    6
    Jeudi 26 Avril 2007 à 14:46

    Bonjour Sido,


    et combien sommes-nous dans ce cas :(


    je viens de passer des années de galère et de misère avec mes parents, mais, comme j'ai dit à Cricri Samedi, j'aurai eu la chance de les avoir, ce que mon frère n'a pas compris depuis des annés...dommage.


    Bises et Bonne journée.


    Joël.

    5
    Jeudi 26 Avril 2007 à 13:26

    Je pleure en te lisant, tu as tout su dire, tout su exprimer.


    Samedi cela fera 9 ans que mon père m’a quitté au petit matin, sur son lit d’hôpital.


    Il m’a regardé puis son regard s’est tourné ailleurs, il s’est fait plus calme, je veux croire qu’à cet instant maman lui tendait la main au bout du tunnel.


    Je t'embrasse SIdo.

    4
    Jeudi 26 Avril 2007 à 11:24

    mille chemins, mille destins !... mais "l'à-venir" n'est jamais écrit...


    J'aime beaucoup le poème de ferrat chanté par Guichard "papa" et ton poème sur ton père.


    bises


    alain

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    3
    Jeudi 26 Avril 2007 à 09:42
    Lire : "comme tu l'as fait, comme je l'ai fait"
    2
    Jeudi 26 Avril 2007 à 09:40
    "je t'aime, papa" Tout est là. Dans cette simplicité des mots il y a l'essentiel.
    Je viens de découvrir ce texte. Il est intime et fédérateur à la fois.

    Quelqu'un te lisant va faire de même comme tu l'as fait, comme tu l'as fait. Heureux de faire partie de cette chaîne.
    Que ce monde de blogueurs me plait. Puisque nous savons en faire de l'humain, plutôt que du superficiel.
    Merci Lasidonie.
    1
    Mercredi 25 Avril 2007 à 20:47
    gros bisous du soir, christel
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :