• Naufrage : une vie en dérive

     

     

    Un  poème ou de la prose aujourd'hui,  un même décor pour des sensations intemporelles et universelles 

     

     

      

       Elle était là, au bord de la mer, le seul endroit vers lequel se tourner. Epuisée par les cris et les violences le spectacle de cette immensité lui permettait de faire le vide,  de se déconnecter de sa réalité quotidienne. Elle se laissait porter par les ondulations bleutées, le regard accroché aux crêtes argentées. Plus rien d’autre entre elle et l’horizon. Le bruit alentour n’était que fond assourdi intégré au décor, sans blessure pour l’esprit. Voitures, propos des passants, aboiements des chiens qui au hasard de rencontres testaient leur supériorité sur l’adversaire, elle ne les percevait même pas, toute entière absorbée par le murmure rythmé des vagues et cet intense besoin d’oublier d’autres vacarmes.  

     

      

    Image Hosted by ImageShack.us

     

       Parfois le choc assourdissant des brisants sur les rochers semblait les lui ramener, comme en écho, mais bien vite le ressac emportait au loin la fureur, et le silence intérieur prenait sa revanche. Cet espace liquide, fluide, qui pouvait accueillir sans heurt, la purifiait de tout ce qui depuis si longtemps s’accumulait de déceptions, d’amertume, de révolte aussi : Dans quelques heures, affronter encore les éléments de sa vie, en un incessant va et vient entre déchaînement de colère et gentillesse désarmante, désespérée! Elle se sentait débris d’un naufrage ballotté entre creux et sommet de la houle parcourant sans volonté l’infini.

       L’eau, devant elle, à portée de corps, à portée de cœur

     

     

     

     

     

     

       

      

     

    LASIDONIE  

     

    « Le vide : un tautogrammeUn sourire au clair de lune »

  • Commentaires

    12
    Vendredi 9 Mars 2007 à 22:14

    Ne penser à rien, faire le vide juste se laisser flotter par le son du ressac. Bon week end bisous

    11
    Vendredi 9 Mars 2007 à 07:32
    Voilà encore une semaine qui s'achève ... ce soir c'est le week-end ! yessssssssssssss !!! et en plus il fait beau !!! bisous et bonne journée, christel
    10
    Jeudi 8 Mars 2007 à 22:58
    C' est fou ce que la mer inspire !
    9
    Jeudi 8 Mars 2007 à 20:25
    magnifique texte, pas une bavure, tout est fluide dans ces lignes que j'a lu avec plaisir. Tes écrits sont toujours pour moi une oeuvre d'art. Chapeau bas Sido, sincèrement.bise et bonne fin de soirée. Symphonie
    8
    Jeudi 8 Mars 2007 à 19:52
    ... elle était là, le coeur à l'unisson avec l'océan, l'âme fluide en osmose avec les éléments, elle était vivante ! Juste vivante !...
    7
    Jeudi 8 Mars 2007 à 19:43
    tres joli texte et la photo est magnifique
    6
    Jeudi 8 Mars 2007 à 15:03

    bonjour ....


    je me suis un peu amusé avec le tautogramme de mercredi...


    pas de panique ...c'est très mauvais ....il me faudrait , je crois , un peu plus de temps , si ce n'est de talent ...


    à bientôt

    5
    Jeudi 8 Mars 2007 à 10:37
    coucou

    jolie poème

    j'espère que tout va ...et bonne journée
    4
    Jeudi 8 Mars 2007 à 10:06

    Bonjour Sido,


    c'est beau comme d'habitude ! tu sais que j'aime aller au bord de la mer quand c'est calme ou d'un lac pour me ressourcer ! j'ai l'impression de ne plus penser à mes soucis un moment !


    Bises et bonne journée.


    Joël.


    3
    Jeudi 8 Mars 2007 à 09:53
    Flûte! J'avais même pas penser à la journée de le femme ! Pas grave,je lui fais fête tous les jours ;-) Bises !
    2
    Jeudi 8 Mars 2007 à 09:37
    merci pour margaux et bonne fête à toi en cette journée de la femme , bisous,christel
    1
    Jeudi 8 Mars 2007 à 09:04
    La mer est une source inépuisable de renouveau...
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :