• La poésie triste ou gaie : un tableau, un commentaire

     

     

    En refeuilletant mes anciens écrits j'ai re-découvert ce commentaire d'ALAIN-B,  son blog ici , qui m'avait déjà frappée par sa perspicacité, sa justesse d'interprétation. Merci à lui. Il mérite un autre commentaire de ma part sur la POESIE.

     

    " Ils sont bien sombres ces vers, aujourd'hui, Sido !...
    Dernièrement, j'ai acheté un tableau. Il est peint avec des teintes sombres : bleu nuit, cyan sombre et cyan-gris...Au milieu une grande ouverture rectangulaire un peu moins sombre et un arbre bordé de gris-blanc que l'on distingue. Deux chaises jaunes de chaque côté et des hirondelles que l'on devine et qui volent autour de l'arbre... le style est plutôt simplifié, quasi abstrait...des effets de matière donnent de la densité au tableau.
    Pour la peintre, il s'agit de son jardin, la nuit tombée... Pour elle ce n'est pas triste, seulement paisible et méditatif...Elle ne refuse pas ce qui est humain : les chaises symbolisent, au contaire l'acception de la présence des autres... J'ai l'impression parfois que la poésie, pour toi, est un peu comme les chaises de ce tableau pour ce peintre..."

     

    Image Hosted by ImageShack.us

    Oeuvre de Anne LAMPRIER, photo Alain Barré.

     

     

    Ma vision : 

    La poésie, comme la musique ou la peinture et toutes formes artistiques, est une respiration personnelle , un moyen d'expression qui ne vise pas à plaire ( les oeuvres imposées par des dictats ont souvent eu des "râtés"), qui n'est commandé par aucune loi autre que celle qui jaillit de la pensée ou du coeur ; triste ou gaie, nostalgique ou sereine, onirique ou réaliste, elle est trace d'un instant.

    J'ai employé le mot Personnel : Il ne signifie pas pour autant autobiographie. On ne crée pas à partir de rien mais les mots, leur agencement permettent aussi de se travestir et  à quiconque de se les approprier en fonction de ses propres sentiments dans une situation marquée par le temps. Ainsi par exemple ces chaises peuvent être pour moi, la tristesse du vide : personne pour les occuper ; ou  l'attente mélancolique d'un occupant...ou le départ de l'un pour la chaise grise, ombrée, l'arrivée d'un autre  pour la jaune éclairée. Sombre ou gaie selon l'optique du moment !

    J'en reviens ainsi au commentaire d'Alain-B, ces formes d' expression  sont la plupart du temps en quête de " faire savoir"  : Le peintre expose ses toiles, le musicien fait entendre ses oeuvres, le poète fait connaître ses écrits, et certains "journeaux intimes" sortent des tiroirs secrets ! Car sous-jacent ou inconscient se manifeste un besoin de  communiquer, de rompre l' isolement, d'entrer en contact, même si celui-ci n'est qu'anonyme, en un mot d'être vivant :

     

    Les Chaises jaunes du tableau :

    Les visiteurs invitent,

    Comme les mots incitent

    Au triste ou joyeux de sido.



    Alors, la poésie un moyen d'ouvrir sa porte ? Moyen de laisser derrière soi le soir envahir la maison et de regarder au delà des chaises vides la lumière qui en éclaire une et par là même éclaire l'être intérieur?
    la poésie, l'écriture , grise, ou noire, comme une sorte de désir de "résilience" * telle que la définit  Boris Cyrulnik ? Bien des possibles selon l'histoire de chacun.





    Lasidonie

    * "Resilience " mot qui signifie " re-sauter",  Pouvoir de faire face à l'adversité , de se "reconstruire" après de grosses difficultés.

    « Demain, rêve du fruit défendu.Tristesse ou bonheur : La nature et la photographie parlent aussi »

  • Commentaires

    5
    Mercredi 20 Mai 2009 à 15:51
    Je ne suis pas capable de m'exprimer ausi bien par les mots mais je comprends ! et je partage ta vision et ton sentiment sur ce décor qui effectivement interroge le regard puis la pensée. On a besoin de quequ'un sur cette chaise.
    4
    Dimanche 3 Mai 2009 à 09:23
    La poèsie comme une respiration, j'adore cette image.
    L’expression de l’un et de l’’autre est un régal…
    3
    Vendredi 1er Mai 2009 à 07:32
    Très beau ce tableau et ces deux interprétations... On pourrait à la fois souhaiter que ces deux chaises soient occupées et le craindre..
    Bises et bon 1er mai.
    2
    Jeudi 30 Avril 2009 à 10:45
    Et pourtant, il faut bien que nous le fassions parfois, qu'elles soient physiques ou morales !!


    Bises à tous.
    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    1
    Mercredi 29 Avril 2009 à 22:13
    Oui, l'art laisse ouvert "bien des possibles" !...et quand l'un de ces possibles touche l'autre, un ou plusieurs et parfois un grand nombre, une communication est établie...
    Merci Sido d'avoir choisi ce tableau d'Anne LAMPRIER pour parler de ta conception de la poésie.
    bise
    alainB
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :