• La LETTRE, vue par Jules ROMAINS : se sentir exister.

    D'un incident banal du quotidien J.Romains fait un petit drame.

    L'auteur seul à la campagne attend des nouvelles de ceux qu'il aime. Attente vaine...

    Qui, n'a un jour éprouvé les tourments de l'attente, la déception du rien, le sentiment d'abandon  devant une boite muette ?

    Le plaisir du papier froissé, de l'enveloppe que l'on déchire à la hâte, fébrile, ou au contraire que l'on prend le temps de détacher en gestes lents pour faire durer l'attente délicieuse du contenu, a presque disparu remplacé par l'anonyme stéréotype de l'écran. Au mieux le papier de l'imprimante gardera la trace anonyme, impersonnelle, des mots doux échangés.

    Mais les sentiments eux, restent identiques...Cela me remet en mémoire cet excellent film '' Il postino" dans lequel Pablo Néruda, exilé dans un petit port des iles du sud de l'Italie, à la demande du préposé aux postes, écrit puis lui apprend à écrire afin de lui permettre de séduire sa belle...

    Image Hosted by ImageShack.us

    Pourrait-on  encore aujourd'hui séduire avec les mots sur du beau papier ?

     

     

    Image Hosted by ImageShack.us


    On ne m'a pas donné de lettres

     

    On ne m'a pas donné de lettres, ces jours-ci !

    Personne n'a songé dans la ville à m'écrire.

    Oh! je n'espérais rien ! Je sais vivre et penser

    Tout seul, et mon esprit, pour faire une flambée,

    N'attend pas qu'on lui jette une feuille noircie.

    Mais je pense qu'il me manque un plaisir familier ;

    J'ai du bonheur aux mains quand j'ouvre une enveloppe,

    Ma peau se réjouit en touchant le papier,

    Où persiste, au milieu des pages repliées

    La présence immatérielle d'un autre homme,

    Et depuis ces trois jours où je n'ai rien reçu

    Je glisse lentement dans un trouble malaise ;

    Je suis presque gêné d'être ; J'ai comme honte

    De moi-même ;

    Un remords insaisissable pèse

    Sur mon coeur qui avait failli se croire bon.

    Mes bras ont des lourdeurs ; Je n'ose pas sourire ;

    Il me semble que l'air m'en veut quand je l'aspire.

    L'amour autour de moi, la force au fond de moi

    Se dispersent. La ville, en m'oubliant, me blâme.

    Nulle part on ne songe à moi, je le vois bien.


    Jules Romains "la vie unanime"

     

    LASIDONIE

    « En CE TEMPS là...NOSTALGIEUn peu de reflexions...LAMARTINE, NIETZSCHE ou l'AFRIQUE »

  • Commentaires

    17
    nizou
    Samedi 26 Janvier 2013 à 14:46
    merci de tout coeur,
    ce poeme je l'ai dans la tete depuis tres longtemps (j'ai 51 ans) et je ne savais ni le titre, ni l'auteur; ce soir par hasard j'ai ecris les premiers mots sur google et hop, voila que ce que je croyais a tout jamais perdu devient un poeme, un vrai avec un titre et une signature. peut etre meme que cela revele tant de choses de mon enfance difficile. merci à vous.
    16
    Dimanche 29 Octobre 2006 à 23:19
    Merci, Alain, pour ces jolis jeux sur les mots. Sido
    15
    Samedi 28 Octobre 2006 à 18:50

    Arrive ton courrier…<o:p></o:p>


    Arrive ton courrier…<o:p></o:p>


    C’est toi, tu es bien là<o:p></o:p>


    Et tes mots doux et chauds<o:p></o:p>


    Tintinnabulent dans mon cerveau<o:p></o:p>


    <o:p> </o:p>


    C’est toi, plus vraie que sur une photo<o:p></o:p>


    Et de l’autre côté<o:p></o:p>


    De la feuille de papier<o:p></o:p>


    Je t’entends respirer …<o:p></o:p>


    <o:p> </o:p>


    Tes mots, tes demi-mots<o:p></o:p>


    tes petits mots si beaux<o:p></o:p>


    Doux comme le souffle qui sort d’un chalumeau<o:p></o:p>


    Ou bien qui se chamaillent comme une troupe de marmots<o:p></o:p>


    <o:p> </o:p>


    Tes mots tes demi-mots, tes petits mots si beaux<o:p></o:p>


    Voltigent autour de nous comme des angelots<o:p></o:p>


    Quittent la feuille et reprennent leur vie d’acteurs<o:p></o:p>


    Créant autour de nous une atmosphère de bonheur<o:p></o:p>


    <o:p> </o:p>


    Magie inouïe de la passion<o:p></o:p>


    Quand un bout de carton<o:p></o:p>


    Et un crayon<o:p></o:p>


    Nous font vibrer à l’unisson !...<o:p></o:p>

    14
    Vendredi 27 Octobre 2006 à 17:47
    Les mots séduisent  le coeur de l'âme comme le reflet du miroir qui illumine leur secret, caressant le souffle de la vie comme le vent vagabondant dans la conjuguaison des saisons..amitié
    13
    Vendredi 27 Octobre 2006 à 13:28

    bonne  journée...je passais

    12
    Vendredi 27 Octobre 2006 à 11:51

    Bonjour Sidonie et merci pour tes coms sur mon blog.


    Ce texte est très beau, et pour en revenir à la question "peut-on séduire par l'écriture?",oui je le crois...Bises.Nat

    11
    Vendredi 27 Octobre 2006 à 11:44

    On n'est rien sans amour !


    arielle

    10
    Jeudi 26 Octobre 2006 à 16:31

    Ah ! Le facteur avec Noiret en Neruda ! Un très beau film en effet. Quand à la boîte aux lettres vide, c'est tous les jours. Qui écrit à la main, maintenant ?


    Même moi, je le fais rarement, trois ou quatre fois l'an...

    9
    Jeudi 26 Octobre 2006 à 15:51
    Un magnifique auteur.
    8
    Jeudi 26 Octobre 2006 à 15:06
    Le courrier une chose qui se perd.
    Quel beau poéme si nostalgique.
    Amicalement
    Béatrice
    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    7
    Jeudi 26 Octobre 2006 à 13:39

    Très beau poème,qui m'était inconnu.


    Rien que de savoir écrire est déjà une joie.


     A l'armée, je lisais et répondais aux lettres d'un gars marié qui ne savais pas lire ni écrire.Comme j'avais une piaule individuelle,comme sous-off, je lui ai appris à lire et écrire le soir,quand j'étais libre. Au bout de 6 mois, il pouvait lire,et écrivait comme il pouvait,plein de fautes,mais s'était compréhensible.Il a continué à faire des progrès rapides jusqu'à la fin du service.C'était en 1951 & 52.

    6
    Jeudi 26 Octobre 2006 à 13:08

    Merci pour cette redécouverte...c'est très beau.


    Bonne journée sous le soleil !!!!

    5
    Jeudi 26 Octobre 2006 à 12:26
    c'est bien plus facile de découvrir jules romain de cette façon.
    Mais que lisent les jeunes au fait.
    point de lettres , de minable SMS

    bises
    jupi
    4
    Jeudi 26 Octobre 2006 à 11:09
    comment çà on ne songe à toi nulle part ? !!! bon, trève e plaisanterie , très belle lettre , émouvante ... belle et bonne journée sous le soleil !!! bisous, christel
    3
    Jeudi 26 Octobre 2006 à 10:45
    belle et bonne journée sous le soleil !!! bisous, christel
    2
    Jeudi 26 Octobre 2006 à 10:43
    Je ne connaissais pas ce poème de Jules romain , merci de nous le faire découvrir, il est très beau. J'aime beaucoup ceux que tu écris . Je reviendrai.
    1
    Jeudi 26 Octobre 2006 à 10:32
    Etrange comme nous avons les mêmes  goûts...
    Passe une bonne journée
    Flo
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :