• L'eau et le feu (suite et fin).



    ....elle en avait été à la fois heureuse, et inquiète sans trop savoir pourquoi.

    IMG-1489-soir-sur-l-eau.jpg



      Les yeux de Lulu  s’attardaient sur l’horizon, il ne restait plus que quelques traînées rosées dans un coin de ciel de plus en plus sombre. La traîne ! Le battement sourd qui s’était apaisé reprit de plus belle, scandé par le sang qui affluait, semblait se répandre jusque sur son visage. La traîne, la robe de mariée, premier choc, première décharge d’adrénaline. Il avait voulu l’accompagner, elle ne le voulait pas. «  Superstition absurde, avait-il dit, sur un ton péremptoire, histoire de bonnes femmes d’un autre temps, Lulu, on est au XXème siècle, le temps des jeteuses de sort est terminé, allez, donne moi le numéro de téléphone, nous aurons ainsi tous les renseignements pour situer la boutique. » Lulu avait fini par trouver inutile de lui tenir tête, il montait le ton, elle n’aimait pas çà, ni le bruit qui vibrait dans sa poitrine. Dans son émoi elle lui donna un mauvais numéro. Bien évidemment l’occasion de laisser déverser sa fureur lui était servie sur un plateau ! «  Pourquoi mentir, tu ne vois pas à quel point tu es stupide, cette robe est un prétexte, au fond tu ne veux pas m’épouser, c’est çà, n’est ce pas, allez dis le, mais dis le donc ! ». Elle se revit, en larmes, incapable de prononcer une parole. Damien était subitement quelqu’un d’autre, un inconnu qu’elle regardait s’agiter, crier et qu’elle avait envie de fuir. Pourtant elle n’avait pas bougé ! L’eau calme le feu, ses larmes avait interrompu le déferlement de mauvaise humeur, Damien l’avait prise dans ses bras «  Mon amour, ma douce, pardonne moi, je t’aime tant, tu es mon poisson de lune, mon unique, mon toujours : là, ne pleure plus, tu iras seule, où tu voudras, je t’attendrai à l’extérieur ». Lulu entendait ces paroles comme si la voix de Damien lui parvenait de loin, rythmée par les boum, boum, boum, plus affaiblis de son cœur. Pour la détendre il avait fait le pitre, lui avait  pris le chapeau de paille un peu défraîchi par les longs après midi  d’été passés au bord de l’eau, s’en était affublé en le déformant «  Ils font les mêmes pour les hommes ? ». Elle n’avait pu s’empêcher de rire et de lui pardonner !

      La nuit tombait peu à peu ; la plage n’était plus qu’un étang noir, presque sans vie, animé parfois d’un bruit furtif celui de l’écume légère provoquée par la barque d’un pêcheur, ou le clapotis  apaisé du ressac sur les galets. Lulu  aimait tout particulièrement cet instant suspendu entre chien et loup, demi teinte d’ombre, où les formes des choses perdaient de leur épaisseur, mais restaient encore perceptibles. Une sorte d’état de semi conscience, celui qui précède le sommeil profond, le moment des songes éveillés. Instants privilégiés où l’imaginaire cherche à percer le secret de la vie, de la mort, de la disparition de Damien la nuit de la St Jean. Lulu connaissait le secret : Il l’avait abandonnée avec leur petite Emilie pour un joli jupon tout neuf. Mais elle avait préféré dire à sa poupée de 3 ans « papa est parti pour son travail loin, très loin, mais il nous aime »  Elle frissonna soudain, ce diable de bruit resurgissait en elle…Elle se leva, tourna le dos à la mer, et lui abandonna ses souvenirs. C’était il y a longtemps, pensa lulu, «  ce soir le soleil a été magnifique »… 

                                                                                                                                                                             20/10/07

     
    IMG-1651-brusc-soir-nouvelle.jpg

    LASIDONIE
    « l'eau et le feu 1 : nouvelleVisage endormi »

  • Commentaires

    13
    Jeudi 15 Novembre 2007 à 22:31
    C'est de bout en bout une très belle histoire bien menée avec la chute du soleil en même temps que le mort du couple mais e soleil de lève toujours le lendemain ! Bises et merci .
    12
    Jeudi 15 Novembre 2007 à 07:03
    Très beau ce texte sido, j'aime beaucoup..... Bisous
    11
    Mardi 13 Novembre 2007 à 23:01
    Drame actuel, situation banale et pourtant, chaque histoire d'amour est unique, originale pour ses protagonistes.
    J'ai beaucoup aimé cette prose poétique.
    A quand la prochaine histoire ? Parce que tu sais tenir ton lecteur jusqu'au dernier mot, ma chère.
    Gros bisous et bonne soirée ma Sido !
     
    10
    Mardi 13 Novembre 2007 à 22:58
    C'est si bien écrit, je me laissais porter, le coeur qui cogne, le mariage, mais cette dispute (qui ne m'a pas plu, je n'aime pas le ton de ce Damien !), je pensais que le mariage n'aurait pas lieu (je ne le voulais pas, pour le bien de Lulu), et cette fin, en fait il l'a quitté, dommage une fin comme ça... Lasidonie, depuis le temps que je te dis que j'aime ta prose, écris un livre, écris un roman, publie le, j'achète, je le commande à l'avance, quand je pense que des romans de m..... sont publiés, alors que des personnes qui ont un vrai talent sont trop timides pour oser (enfin c'est ce que je pense, te fache pas). C'est vrai ! tu traduis toujours l'ambiance comme si on y était, mais c'est trop court (je te l'ai déjà dit), bon j'arrête - sourire - j'apprécie beaucoup. Bisous
    9
    Mardi 13 Novembre 2007 à 21:43

    Un merveilleux récit où tu nous entraînes avec ces mots, toujours expressifs, touchants , Une sublime écriture .

    Bises

    8
    Mardi 13 Novembre 2007 à 21:11
    belle réflexion sur un soleil couchant, comme se couche parfois les amours fusionnels. Merci poour ce moment.
    7
    ABC
    Mardi 13 Novembre 2007 à 15:32
    Une belle plume
    Un beau récit
    De si belles photos
    Tout est dit
    Tout est beau
    Magie !
    6
    Mardi 13 Novembre 2007 à 13:21

    Quand tu écris de la prose, Sido, cela ressemble encore à de la poésie !...

    biz

    alain

    5
    Mardi 13 Novembre 2007 à 10:35

    Tu as aussi l'art du récit ! Dis moi ce que tu ne sais pas faire !! (Sourire !!) Bises !

    4
    Mardi 13 Novembre 2007 à 10:02
    Que dire, une belle prose et pour moi te lire à l'aube a été magnifique ! Ghislain
    3
    Mardi 13 Novembre 2007 à 08:44

    Merci pour ce beau récit, j'ai beaucoup aimé, tu écris si bien.

    Bon mardi et bisous de ta p'tite cousine du Québec.

    2
    Mardi 13 Novembre 2007 à 07:22
    magnifique!!!
    1
    Mardi 13 Novembre 2007 à 02:31
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :