• l'eau et le feu 1 : nouvelle


     Ce texte écrit pour "la Nuit de l'écriture" devait respecter 4 consignes : Un bruit récurrent, l'évocation d'un  numéro, un secret de nuit et la phrase " ils font les mêmes pour les hommes ? ". Il devait être rédigé entre 19h ( annonce du sujet) et 7h ( limite d'envoi) du matin suivant et comporter de 5000 à 6000 caractères.
    Pour ne pas lasser la lecture je le publie en deux parties.


     

      Le soleil venait tout juste de sombrer au loin dans la ligne frangée qui délimitait la mer et l’horizon.  Lulu, immobile, avait suivi son déclin. Ce spectacle sans cesse renouvelé ne la lassait jamais. Elle avait « son siège », un énorme rocher plat dominant la plage  qu’elle avait découvert un jour, en flânant. Il était parfait ce fauteuil d’orchestre, juste en face du point de fusion. C’est le mot qui lui venait à l’esprit pour désigner le minuscule cercle orangé s’évanouissant au contact de l’eau. Fusion de deux éléments, unis en une fraction de seconde. Ce soir avait été particulièrement fabuleux ! Le ciel lourd de nuages en certains endroits, donnait à la toile de fond, une variété inouïe de formes, qui peu à peu se chargeaient de teintes de plus en plus chaudes.  Les rayons or irradiaient en transparence, balayant l’écume tels les spots d’une gigantesque scène de théâtre. Lulu médusée savourait….Orange, or, blanc nacré, rose, cédant la place au rouge flamboyant. Le brasier géant semblait avaler les derniers points violacés du ciel tandis que le disque solaire peu à peu s’enfonçait pour n’être plus qu’un demi cercle de plus en plus réduit. Lulu ne pouvait détacher ses yeux de cet endroit où  l’union du feu et de l’eau avait eu lieu.


    Image Hosted by ImageShack.us

      Le feu et l’eau ! Image de nos deux caractères pensa Lulu. Le visage de Damien traversa son champ de vision, et cette seule pensée déclencha les battements désordonnés de son cœur. Elle l’entendait cogner dans sa poitrine, une sorte de basse sourde continue, audible jusque dans ses oreilles. Damien c’était son brasier, une étincelle suffisait à déclencher en lui des explosions de bonheur démesuré, ou  des flammes d’agressivité incontrôlée. Imprévisible volcan dont elle avait du mal à calmer les ardeurs. D’autres images déferlaient en vagues successives dans sa tête. Leur rencontre, un soir d’anniversaire auquel l’avait invité une amie de faculté, ce regard accrocheur, insistant qui l’avait enveloppé pour ne plus la lâcher. Puis ces rendez-vous qu’il lui avait presque arrachés, impatient de la revoir, et peu de temps après l’évocation de leur futur mariage lancée à la volée comme si cela allait de soi, sans discussion. Dés ce moment le bruit à l’intérieur d’elle-même avait commencé ! Elle se sentit ce soir là comme prisonnière ; elle en avait été à la fois heureuse, et inquiète sans trop savoir pourquoi.

    (A suivre, demain)

    LASIDONIE

     

    « De l'insolite à l'afficheL'eau et le feu (suite et fin). »

  • Commentaires

    15
    Samedi 17 Novembre 2007 à 18:31
    hello! en passant chez "Jupiter", j'ai vu ton adresse, alors comme j'ai un peu de temps ce soir, je flâne sur le net... bonne soirée @+ sans doute Hebergeur d'image
    14
    Jeudi 15 Novembre 2007 à 22:26
    Et elle n'a pas vu le fameux rayon vert de Jules Verne? Bon , je vais lire la suite !
    13
    Lundi 12 Novembre 2007 à 22:03
    J'ai vu le film se dérouler par tes descriptions des couleurs croissantes, qui accompagnent le coucher du soleil et forcément j'ai entendu ce coeur cogner (comme un tambour - sourire), provoquant  et le bonheur et l'angoisse d'un avenir à deux qui se précipite et qui affole la machine. Toujours aussi agréable à lire ta prose, j'attends la suite. Bisous
    12
    Lundi 12 Novembre 2007 à 20:13
    moi je suis frustrée : j'aurai bien tout lu en une fois!
    11
    Lundi 12 Novembre 2007 à 19:26
    Quand le feu borde l'eau pour  habiller  le crépuscule de cette étoffe ondulée  , il ne reste que le souvenir du  soir  pour sublimer  cet imaginaire   bise  amitié
    10
    Lundi 12 Novembre 2007 à 17:05

    Très joli texte comme d'habitude .Il va de soi qu'il n 'existe à mon sens trop de contraintes à respecter pour que je me lance dans ce type d'exercice ,que seuls les adeptes de l'art en écriture sont amenés à participer

    Bravo et bisous

    9
    Lundi 12 Novembre 2007 à 15:25
    hello sido ,
    j'ai un article qui illustre bien le thème du feu et de l'eau ...
    t'as du bol car tu auraisaussi bien pu être la vedette de cet article à l'instar de notre brulante marithé lol
    8
    Lundi 12 Novembre 2007 à 12:14
    Et voilà une nouvelle semaine qui commence ! très chargée pour moi , mais j'essayerai de passer le plus régulièrement possible . Bisous et bonne journée de lundi, christel
    7
    Lundi 12 Novembre 2007 à 11:22
    Moi aussi j'attends la suite avec impatience. Ton histoire s'annonce pleine de chaleur et de couleurs.
    Jolie description du coucher de soleil en parallèle avec le tempérament plein de fougue du héros.
    Gros bisous et bon lundi à toi, ma Sido !
    6
    Lundi 12 Novembre 2007 à 10:52

    Cela commence bien: un coucher de soleil de toute beauté!..

    Bonne semaine Sido. Bisous.

    5
    Lundi 12 Novembre 2007 à 10:48
    Pas mal du tout, et l'idée d'écrire ainis dans un temps à respecter est bonne, et surtout, l'oin d'être facile. Ghislain.
    4
    Lundi 12 Novembre 2007 à 09:00
    J'ai beaucoup aimé ton texte.  Ton écriture est fluide et très belle, j'ai déjà hate de lire la suite.

    Merci de nous partager ta belle plume.

    Merci également pour ta gentille visite sur mon blogue, très appréciée, reviens quand tu veux, tu es la bienvenue.

    Bon lundi et bisous de ta p'tite cousine du Québec.
    3
    Lundi 12 Novembre 2007 à 08:34
    ....Suspense, suspense !...La suite svp, Sido !
    alain
    2
    Lundi 12 Novembre 2007 à 08:33
    C'est si compliquée que ça, une femme ? Bises !!
    1
    Lundi 12 Novembre 2007 à 07:20
    Une union fait toujours un peu peur...
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :