• Elle et Lui : la rencontre (fin)

     

    ELLE

     

    " Vouvoiement, promenade à pied, endroit charmant, il ne va pas tout de même pas me la jouer romantique, c’est du cinéma ! Il est plus expéditif dans sa lettre précédente. Décidemment il est bien étrange !  Et puis … ‘’Missy ? Amoureux’’ ? Y aurait-il déjà quelqu’un dans sa vie ? Le  nom de sa petite fille ? Pas de sa femme tout de même ! Une chienne peut-être ? Il me désarçonne complètement. Curieux, ce lac je ne le connais pas. Un lac ! Plutôt un plan d’eau ! Que d’exagération, mais j’aime bien aussi. Toujours de superbes reflets sur ces eaux calmes, des couleurs qu’on ne voit nulle part ailleurs, et du calme…lui qui dit aimer les villes ! Je me demande la tête qu’il a ! Me voilà partie une fois de plus dans les songes. Bien, Est-ce que je lui réponds ?

    Pourquoi pas, laissons faire le hasard."

    Image Hosted by ImageShack.us


    C’est ainsi que par un bel après-midi ensoleillé d’automne indien, Elle et lui se rencontrèrent. Ils empruntèrent comme prévu le petit sentier ombragé ; Quelques saules roux éparpillaient à la surface de l’eau un feuillage délicat. Il faisait doux. Le seul bruit qui ajoutait à la vie végétale de l’endroit était le cri aigu de quelques mouettes venues de la mer proche plonger et repartir, ou celui d’une colonie de canards. Tableau idyllique pour susciter un rapprochement. Jouant parfaitement l’un et l’autre un jeu policé  ils échangèrent quelques confidences. Elle apprit que Missy était sa chatte, qu’il l’avait trouvée à la SPA, que sa voiture préférée, celle qu’il craignait tant de perdre au point d’en rêver, était une moto avec laquelle dés que possible il allait dans les pyrénées ! Quant à lui, il sut qu’elle adorait "Fripon "le chien terrier que ses enfants lui avait offert, qu’elle ne dédaignait pas de temps en temps un bon repas dans un restaurant un peu chic, dans une ambiance musicale, qu’elle détestait y dîner en semaine préférant un peu d’animation ; En somme ces deux là pouvaient faire un plus long chemin ensemble .

    Oui mais…

    Ils surent au premier regard qu’ils n’étaient pas faits l’un pour l’autre.

    Du haut de ses 1m78, limités aux semelles de ses mocassins, elle plongeait sur les 1m62 de l'inconnu à la moto.  Pas très dérangeant si l’on y réfléchit, mais rien, vraiment rien, ne passa dans les regards échangés, les voix entendues, rien de ce petit déclic qui illumine les yeux, donne envie de s’attarder sur l’autre, d’aller à sa rencontre en profondeur...

     

     Aucun sentiment ne peut naître sans l’étincelle spontanée,  affinités ou pas ! La première, l’originelle, modifia totalement la vie matérielle de nos lointains ancêtres, l’autre, celle qui fait briller les cœurs, est la seule qui magnifie la vie des " Elle avec LUI "…

     


    LASIDONIE

     

    « Elle et Lui, premices d'une rencontre, suiteDe l'hiver au printemps, ou l'inverse... »

  • Commentaires

    8
    Lundi 24 Mars 2008 à 21:38
    Yéé !! ma 1ère idée était la bonne ! En effet, ce fameux premier déclic ! inexplicable ! celui qui dirige ton coeur, ce feeling qui se fait ou pas et qui fait toute la différence !! bien vu Sido., textes toujours aussi bien écrits, quel plaisir de te lire ! Mais pourquoi n'écris-tu pas de livre ????? tu devrais ! je viens de passer un bon moment, à bientôt bisous
    7
    Lundi 24 Mars 2008 à 06:55
    C'est le premier regard qui compte.
    Tout est là, dans les yeux.
    bonne journée Sido.
    6
    Dimanche 23 Mars 2008 à 18:28
    Quand il n'y a pas d'étincelle spontanée, il vaut miuex partir chacun de son côté
    Bisous
    5
    Vendredi 21 Mars 2008 à 21:00
    je suis assez comme çà... sans l'étincelle , affinités ou pas , ça passe pas ...
    undefined  bisous et bon week-end chocolaté ! lol christel
    http://annecymaville.over-blog.com qui a besoin de quelques votes au weborama !
    http://toutsurbarrueco avec une prolongation du jeu jusqu'à lundi 19h ( comme c'est un long week-end! )
    4
    Vendredi 21 Mars 2008 à 18:55
    Un moment "bien agréable" à fréquenter ce ton parfois moqueur. J'aime.
    Amitié
    michel 
    3
    Vendredi 21 Mars 2008 à 12:00
    J'avais besoin de rêver ce matin…
    2
    Vendredi 21 Mars 2008 à 10:41

    Tiens,la taille a son importance ? Je ne le savais pas !! Maintenant,même si je ne le fais pas, il existe des chaussures à semelles compensées. Et puis, monter sur un escabeau pour faire une bise, c'est vraiment très bien, on allie sport et plaisir!!!

     

    Bises sans escabeau !!!

    1
    Vendredi 21 Mars 2008 à 06:57

    et oui le fameux déclic qui nous tombe dessus sans que nous ayons eu le loisir de choisir...

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :