• Demain, rêve du fruit défendu.








    Image Hosted by ImageShack.us



    Un rêve

     

     

    Elle l’avait attendu

    Comme une fin de cauchemar

    Lorsque l’éveil secoue le cœur,

    Main tendue pour lui faire découvrir

    Des contrées moins stériles

    Où coulerait l’eau douce

    De ses mots sur ses peurs

    Aussi fraîche que la rosée

    Aussi paisible que la source

    Cachée, timide, unique

    Qui dans les collines se perd

    Elle l’avait imaginé à en frémir

    Des Printemps et des étés

    Des automnes des hivers

    Sans faiblir, à l’identique

    Avec la certitude chevillée

    Qu’un jour… le destin !

    Elle l’avait attendu

    Des années, en vain,

    Plus de sable au sablier !

    Quelques particules, des résidus

    Pour jouer avec l’inutile

    Elle croyait l’entendre :

    « Ce réel, si pauvre soit-il,

    Est encore fruit,

    Le grappiller, s’en délecter

    Seule clé à ne pas égarer ! »

    Mais elle l’avait trop espéré

    L’horloge s’était arrêtée.


    Image Hosted by ImageShack.us

    L'horloge astronomique de MESSINE (Sicile) 

     

    LASIDONIE
    « Le Mirage : Une eau intérieure ( Aventure numérique)La poésie triste ou gaie : un tableau, un commentaire »

  • Commentaires

    11
    nathalie
    Samedi 26 Janvier 2013 à 14:33
    bonjour
    aux aleas de mes recherches sur internet je suis tombe sur votre blog et votre talent je me permet de vous'inviter sur www.palmiereveur.forumparfait.com pour partager cette passion avec nous (poesie, peinture dessin etc)
    bonne continuation
    10
    Patrick
    Samedi 26 Janvier 2013 à 14:33
    Force diabolique du temps.
    9
    Mercredi 29 Avril 2009 à 07:11
    "ce réel est encore fruit...", cela me parle. C'est une chose que l'on ne peut savoir qu'ici et maintenant !
    bise
    cordialement
    alainB
    8
    Mardi 28 Avril 2009 à 21:53
    J'aime bien ta plume !!!
    7
    ABC
    Mardi 28 Avril 2009 à 21:39
    Que pourrait-elle encore imaginer
    Pour la faire redémarrer ?
    Que pourrait-elle encore espérer
    Pour changer l'hiver en été ?
    Que pourrait-elle encore rêver
    Pour ne pas abandonner ?
    6
    Mardi 28 Avril 2009 à 10:12
    un jour ça arrive, mais beaucoup ne savent pas le voir et passe à côté de la bonne "affaire" !!! Bises
    5
    Lundi 27 Avril 2009 à 22:56
    Le rêve n'est pas le même si l'on attend désespérément quelqu'un qui ne vient pas, le temps passe, on se lasse, et l'on découvre un sablier vide. Très triste ce poème et si bien écrit.Cela m'a fait plaisir de te revoir enfin sur mon blog, c'est que tu as un moment où cela va mieux, et tu m'en vois réjouie. Bisous Sido
    4
    Lundi 27 Avril 2009 à 22:33
    Le 15 mai tout près de la Sicile, je serai..en Corse.
    3
    Lundi 27 Avril 2009 à 18:29
    J'aime beaucoup ce poème..... Il faut parfois cesser d'imaginer et d'attendre, c'est dur ce que je dis là mais j'en suis convaincue on vit beaucoup plus heureux quand on attend rien et c'est la souvent que les bonnes choses arrivent. Bises Sido
    2
    Lundi 27 Avril 2009 à 18:27
    Des tragédies que l'on ne devine pas très souvent.
    1
    Lundi 27 Avril 2009 à 17:46
    Magnifique découverte que ton blog...
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :