•  

    Le temps qui tourne comme le manège que nous voudrions saisir en vain ou retrouver ( voir mon article : musique madelaine de Proust)) , thème millénaire que bien des poètes ont évoqué , évoqueront encore. J'en ai trouvé trace dans les quatrains du philosophe et poète persan médiéval, OMAR KHAYYAM. La Perse, l'orient ont fasciné bon nombre de nos écrivains de Voltaire, Montesquieu à Baudelaire, entre autres.

     

    Omar Khayyâm

     

     

    Quatrains ( extraits)

     



    Le temps s'échappe à tire-d'aile?
     Sois sans peur.
     Et l'heureux sort n'est pas éternel? 
    Sois sans peur. Profite de l'instant que te vaut la Fortune. 
    Sans regret, sans regard vers le ciel, 
    sois sans peur.

    ____________________________________


    Aujourd'hui sur demain tu ne peux avoir prise.  
    Penser au lendemain, c'est être d'humeur grise.
     
    Ne perds pas cet instant, si ton coeur n'est pas noir 
    car nul ne sait comment nos demains se déguisent

    (2) Variante: Tu n'as pas ajourd'hui de prise sur demain, Mais y songer c'est se donner l'esprit chagrin. Ne gâche pas l'instant tandis que ton coeur veille: Ce qui te reste à vivre est encore incertain. (Trad. M. Farzaneh et J. Malaplate, tiré de "Les Chants d'Omar Khayam", S. Hedayat, édition J. Corti.

       

     

    Cette roue sur laquelle nous tournons
    est pareille à une lanterne magique.

    Le soleil est la lampe;

    Le monde l'écran ;

    nous sommes les images qui passent. 



    Entre la foi et l'incrédulité, un souffle ;
    Entre la certitude et le doute, un souffle.

    Sois joyeux dans ce souffle présent où tu vis,

    car la vie elle-même est dans le souffle qui passe.

     

     

     

     

     Tu n'es pas futile, ne t'afflige pas en vain.
    Ce qui fut est passé, ce qui n'a pas été n'apparaît point encore,

    Prends ton plaisir sans t'affliger de l'un ou de l'autre. 
       




    LASIDONIE

     

     


    2 commentaires
  •  

    C'est mon coup de coeur du jour :

     

     

    Mes idées tournent autour des mots.

      Si l'on veut prétendre à la poésie, c'est normal

    Mais souvent grand vide ! la page reste sans echo.

    C'est ce que Raymond Queneau

    appella l'instant fatal.

    Lisez, pour bien voir ce qu'ils ont de furtifs, ces mots,

     tels ces oiseaux  vagabonds qu'on voudrait arrêter

     un moment,  pour admirer,

    et qui dédaigneux s'échappent, vous sapant le moral... 

    Tu étais là, toi le décapant Raymond Queneau

    pour les saisir, avant de les laisser s'envoler...

     

     

    L'nstant fatal

     

     Bon dieu de bon dieu que j'ai envie d'écrire un petit poème

     Tiens en voilà justement un qui passe

     Petit petit petit Viens ici que je t'enfile

    Sur le fil du collier de mes autres poèmes

    Viens ici que je t'entube

    Dans le comprimé de mes oeuvres complètes

    Viens ici que je t'enpapouète

     Et que je t'enrime

    Et que je t'enrythme

    Et que je t'enlyre

    Et que je t'enpégase

     Et que je t'enverse

     Et que je t'enprose

    La vache ! Il a foutu le camp.

     

     R.Queneau

     

         R. Queneau né en 1903 fut l'un des fondateurs du mouvement surréaliste (avec A. Breton,, L.Aragon, P. Eluard) qui allait révolutionner l'expression artistique, en Poésie principalement, mais aussi en peinture (ex. le cubisme) et en musique (ex.E. Satie) 

     

    LASIDONIE           

     


    2 commentaires
  •  

    Mon coup de coeur du jour :

     

    Les mots, thème principal de ce blog, arrivent sous la pensée de bien des façons ! Clairs sans détours, ils expriment  sentiments, idées, " Je t'aime, je ne t'aime plus, je suis heureux, je suis malheureux ".

    Parfois ils préfèrent se  déguiser sous des symboles, la nature venant au secours des pudeurs à masquer" ma jeunesse ne fut qu'un ténébreux orage traversé çà et là par de brillants soleils". 

    D'autres fois ils se mettent à jouer sous les doigts du poète, jusqu'à délirer ! J'ai évoqué Queneau, Devos, en voici un autre : Grégoire Lacroix , une façon d'aborder avec fausse légèreté le "Je t'aime, moi non plus"  du couple en déroute.

     

     

     RÈGLEMENT DE COMPTES

     

     

    JE TE VOUVOYE

    TU ME TUES, TOI

    JE T'ASSUME

    TU M'ASSOMMES

    JE TE DESIRES

     TU ME DECHIRES

    TU ME DÉLESTES

    JE TE DÉTESTE

     MES DEMIS-PRESSION

    TES DEMI-VÉRITÉS

    TES VRAIES NATTES

     MES FAUSSES NOTES

     TES CASHEMERES,

    MON CAUCHEMAR!

    TON INDÉCENCE

     MON INCANDESCENCE

    TON COU DE BICHE

    MES COUPS DE BARRE

     TES COLÈRES STÉRILES

    MON CHOLESTÉROL

    TON ÉGOÏSME

     MON HÉROÏSME

    MES SI LONGS CIGARES

    TES SI LONGS SILENCES

    TES NUITS BLANCHES

    MES IDÉES NOIRES

     MES ÉTATS D'HOMME

    TES ÉTATS D'ÂME

    TU AS BESOIN DE TRANQUILLISANTS

     J'AI BESOIN DE TRANQUILLITÉ

     

     ALORS UN JOUR JE ME SUIS DIT :

    "ON NE PEUT ÊTRE JUGE ET PARTI" 

    ET J'AI CHOISI

    Je suis parti    

                                                         Gregoire LACROIX

     

     

    Grégoire Lacroix est l'un de nos humoristes, poète, contemporain, né en 1933. Journaliste, guitariste de Jazz, ses poèmes sont réunis principalement sous un titre"les aphorismes" pour lesquels il eut un prix littéraire.

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique