• Au delà du réel , récit fantastique

       Ce jeu proposé par "écriture ludique" consistait à utiliser le maximum de ces titres de livres.

    Camisole
    Cendrillon
    Chambre du diable
    Colère blanche
    Collègue tatouée
    Conjuration du 3ème ciel
    Cri de l'ombre
    Cui prodest (à qui le crime profite)
    Eau du diamant
    Eightball boogie
    Franc jeu
    Gardien du feu
    L'ange oublié : la cour royale
    Lacrima christi
    Chant de l'océan
    Le guérisseur et la mort
    Le temps n'est rien
    Le 3ème secret

    Ma soeur, ce boulet
    Macao blues
    Manuscrit de Pythias
    Mort de trouille
    Ombres mortes
    Paternel à mort
    Petit assassin
    Promesse du samouraï
    Rébus et le loup-garou de Londres
    Genèse : rupture dans le réel
    Sacrilège à Rome
    Sang et lumière
    Le secret de Moën
    Le temps des poisons
    La terre écorchée
    Toile sanglante
    Ursua



    />

     

     Voici les 25 titres placés dans ce récit…farfelu !!

     

      Je suis dans une colère blanche  je mettrai volontiers une camisole à  ma sœur ce boulet  qui me harcèle, m’occasionne de multiples soucis. Le dernier en date vouloir faire éditer une histoire farfelue, qu’elle écrirait d’après l’un de ses rêves étranges.


    Image Hosted by ImageShack.us

    Elle se voyait en cendrillon égarée dans la chambre du diable, gardien du feu de l’enfer, à la recherche du manuscrit de Pythias, elle devait le rapporter au chef de la conjuration du 3eme ciel, société secrète décidée à révéler un sacrilège à Rome, et faire ainsi vaciller le pouvoir des prélats du pape. Ma sœur poussée par d’obscures forces avançait dans un dédale d’ombres mortes, le seul indice qu’elle possédait était cette énigme : l’ange oublié : la cour royale abrite l’eau du diamant. Selon elle l’ange oublié c’était le diable,  la cour royale, c’était à n’en pas douter  l’endroit où trouver le manuscrit, le « diamant ». Mais comment y parvenir ? Un long couloir  la faisait déboucher dans un réduit sombre qui la faisait frissonner, une étrange mélopée parvenait de la voûte « lacrima christi, lacrima christi Domine » leit motiv, sorte de cri de l’ombre qui la glaçait d’effroi ; en levant les yeux vers le plafond me dit-elle, elle vit une toile sanglante sur laquelle figuraient des personnages grossièrement dessinés, le guérisseur et la mort, sur fond de sang et de lumière. Son instinct lui fit penser que cette toile aussi était un indice, guérisseur- lumière de la révélation, mort –sang du sacrilège, mais elle n’était pas dans une cour, ni palais royal, s’était-elle trompée ? A ses pieds un sol non dallé, de terre nue, comme labourée,  de la terre écorchée. Cela l’intriguait. Contrôlant sa peur, me raconta-t-elle, elle fouilla des yeux la pièce et remarqua que la lumière du guérisseur désignait une fontaine sur la toile. Serait-elle prés du but ? Le 3eme indice, le diamant, 3eme secret, serait-il quelque part ici ? Elle ne voyait rien dans la pénombre, commençait à trembler de froid voulait rebrousser chemin. Soudain au milieu des lamentos « lacrima, lacrima, » elle entendit, jugez de l’absurdité de son rêve, « je suis Ursua, le petit assassin, pleurez, pleurez pour moi, j’ai divulgué le secret de Moën, me voici maudit pour la nuit des temps, mais le temps n’est rien, au regard de l’immensité de ma faute et de mes remords, j’ai fracturé la porte du temps des poisons, libéré leurs effluves mortelles ».  Lacrima, lacrima christi, les voix d’ombres mortes couvraient ces paroles. «  Pétrifiée d’horreur, me dit-elle, j’oubliai tout de ma mission, n’avais qu’une idée : échapper à ces chants funèbres, retrouver la lumière du jour, et courir, courir vers la mer pour me purifier l’esprit, écouter le chant de l’océan. Mais j’étais dans les entrailles des ténèbres, perdue. Je ne me souviens de plus rien d’autre ».

    Ce récit ahurissant me sembla bien influencé par le livre qui traînait encore sur sa table de chevet relatant la triste aventure de ce jeune basque de 17 ans, Ursua, qui sombra dans la folie dans sa quête d’ un trésor. Mais comment raisonner ma sœur, cette insistante illuminée, persuadée de tenir par là le point de départ de « l’intrigue du siècle » ?...C’est une autre histoire !


    Image Hosted by ImageShack.us



     

    Lasidonie  4-09-07

     

      

    « Un chat de légendeLe coeur et ses faiblesses : Regard de la Bruyère »

  • Commentaires

    16
    Mardi 11 Novembre 2008 à 23:06
    je l'ai fait aussi mais alors je n'ai pas aimé du tout le faire !!! Bonne nuit
    15
    Lundi 15 Octobre 2007 à 11:16

    Je n'ai rien d'autre à ajouter : Je trouve ton texte Excellent et original.

    Nanou

    14
    Samedi 13 Octobre 2007 à 06:42
    Ainsi, ce récit tourne plutôt en dérision, étant l'image de l'infleuence du livre sur la soeur...C'est très intéressant à lire!
    13
    Mardi 9 Octobre 2007 à 21:40

    Bravo pour ce texte, la consigne n'était pas évidente.

    Malka

    12
    Lundi 8 Octobre 2007 à 13:21
    Je n'aurai qu'un mot : EXCELLENT !!!
    Je me suis régalée... et bien amusée en le lisant. Vraiment très fort, Sido. Bravo !
    11
    Dimanche 7 Octobre 2007 à 00:21
    Ecrire bien est une chose, écrire avec des titres imposés en est une autre, on ne ressent pas de technique, les mots fluides coulent dans ce récit, captivant par ton écriture. Tu devrais écrire un roman, je suis toujours frustrée quand ta prose s'arrête, je dis "encore !" Bon dimanche bisous
    10
    Samedi 6 Octobre 2007 à 18:02
    Ils n'y sont pas tous mais l'histoire se tient parfaitement et me fait penser à un nouveau "Da Vinci Code" ;~)

    Bravo.
    (Mon propre exercice est parfois un peu "tiré par les cheveux" !)
    9
    Samedi 6 Octobre 2007 à 17:57

    Sido,

    magnifique ! tu es vraiment très douée !

    Bises et bonne soirée.

    Joël.

    8
    Samedi 6 Octobre 2007 à 16:07

    Un défi bien réalisé bravo, ce n'est pas évident :-))) gros bisous et passe un bon week-end

    7
    Samedi 6 Octobre 2007 à 10:25
    Je suis déjà nul dans l'exercice poétique, si en plus, il y a des mots imposés,c'est le bagne !! Bises !!
    6
    ABC
    Samedi 6 Octobre 2007 à 09:51
    Super, suspens et frisson, Poids des relations fraternelles (pas d'autres mots même entre soeurs ?)...
    5
    Samedi 6 Octobre 2007 à 08:34
    Bel exercice!
    4
    Vendredi 5 Octobre 2007 à 18:16
    Bravo! Tout à fait dans la lignée de cette flopée de livres à la mode dans lesquels règnent la conspiration et le secret ! Mais toi tu ne te prends  pas au sérieux et tu en fais un rêve! Bien à toi! Aza !
    3
    Vendredi 5 Octobre 2007 à 10:53

    belle réussite!

    big bisous

    2
    Jeudi 4 Octobre 2007 à 19:56
    Bien trouvé! Admiration! ce n'est pas un excercie facile.
    1
    Jeudi 4 Octobre 2007 à 15:44
    C'est super, je n'aurais pas cru que mes titres trouveraient aussi bien leur place dans un récit. Bravo !
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :