•  

     Lorsque l'inspiration est paresseuse, la photo vient à son secours !

      Nous entrons dans la saison du gris, aussi de la couleur avant toute chose ; C'est ce que vous proposent ces souvenirs photographiques pris en Sardaigne lors d'une commémoration...Sans oublier la poésie, les uns n'allant pas sans l'autre chez Sido !

     

     

    P1030196-couple.jpg

     

    Ne manque pas une "chemise rouge", même au toutou...

     

    P1030192noce.jpg

     

    Bien que les époques soient différentes (années 1300), mais le sujet proche, je propose la lecture (traduite) d' un poème du grand écrivain italien PETRARQUE ( qui a vécu en partie à Avignon et Fontaine de Vaucluse), connu pour ses très beaux sonnets écrits pour  LAURE DE NOVES, son amour passionné resté sans espoir.

     

    Béni soit le jour, bénis le mois, l'année
    Et la saison, et le moment et l'heure, et la minute
    Béni soit le pays, et la place où j'ai fait rencontre
    De ces deux yeux si beaux qu'ils m'ont ensorcelé.

    Et béni soit le premier doux tourment
    Que je sentis pour être captif d'Amour
    Et bénis soient l'arc, le trait dont il me transperça
    Et bénie soit la plaie que je porte en mon coeur

    Bénies soient toutes les paroles semées
    A proclamer le nom de celle qui est ma Dame
    Bénis soient les soupirs, les pleurs et le désir.

    Et bénis soient les poèmes
    De quoi je sculpte sa gloire, et ma pensée
    Tendue vers elle seule, étrangère à nulle autre

     

    Francesco Pétrarque
    (1304-1374)

     

     

      LASIDONIE


    5 commentaires
  •  

    Proposition m'a été faite d'écrire un poème sur le thème du bleu, pour insertion dans une nouvelle revue amateurs lancée par  TILK link . Me sont immédiatement venues à l'esprit des images de vacances azurées.

      

    Une saison bleue

     

     

    Mon âme traine triste en ce matin d’automne,
    Délacée de ses rêves d’été généreux
    Tandis que rayonnant le ciel affiche  bleu
    Et le corps alangui de délices frissonne

     La mer prend à l’azur sa couleur dominante
    Aussi les volets clos sur les murs blancs au loin
    D’azurite en turquoise ou de saphir marin
    Ces lieux rivalisent de teintes éclatantes

     Mais de pierres bleutées, toutes en camaïeu
    Mon cœur ne peut choisir que celle de tes yeux
    Que mon regard timide en ces instants implore

     Sertis dans mes pensées, cachés dans leur écrin
    Ils en sont le précieux, mais aussi le chagrin
    Du trop beau souvenir de saison mandragore.

     

    crete.jpg (Paysage crétois)

     

    SIDO

    Le 13/11/2011

     

     

     


    11 commentaires
  •  
       
      Poème peu connu , ce coup de coeur du jour ; un condensé de vie, l'histoire banale d'un amour déçu, en quelques vers à la fois légers, gracieux, graves  et mélancoliques.
     
     

    Mon espérance était tombée
    Sur le dos, comme un scarabée.

     
    dame-au-parapluie.jpg
     

     

     

    L'ombrelle aux doigts le lendemain
    Tu vins rêver sur le chemin.

     

     

     

    Tu retournas l'insecte frêle
    Avec la pointe de l'ombrelle.

     

     

     

     

    Et soudain l'insecte, au delà
    Des soleils calmes, s'envola!

     

     

    ciel gris blog

     


    Mon espérance était tombée
    Sur le dos, comme un scarabée.

     
     
     
    Tristan Derème
     
     
    LASIDONIE
     

    15 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires