•  

     

    " Un voyage de mille kms commence toujours par un premier pas "

    Lao Tseu

     P1010023-biscoquelicots.jpg

    (Bulgarie)

     

     

    « Faire le premier pas », expression plus complexe qu’il n’y parait ! La citation qui précède m’invite à ces quelques pensées :

     

     

    En premier lieu vient à l’esprit le premier pas hésitant maladroit de l’enfant à l’équilibre fragile,  c’est pour lui  un peu comme passer de l’état passif, de dépendance, à l’état d’acteur, d’auteur, dans son appréhension des choses ;

    C’est une victoire !

     

     Sa réussite signe le départ de bien d’autres qui le conduiront plus tard à affronter une étape  encore plus difficile semée d’embuches : faire « ses premiers pas dans la vie ». Cette fois garder l’équilibre n’est plus affaire de « bonnes jambes » mais de force intérieure, auquel s’ajoute l’expérience : assurance ou fragilisation des pas ! Jusqu’ici tout relève d’une trajectoire humaine naturelle.: grandir, passer à l'âge adulte.

    Victoire et Echecs

     

    Mais  combien coûte souvent le « premier pas » ! Même si le dicton assure que seul le premier compte !  Lorsque les épreuves s’accumulent, les objectifs à atteindre insurmontables, l’équilibre céde, la chute menace, comme celle du bambin à ses premiers essais, que la main protectrice aurait abandonné ! Ne compter que sur soi c’est la rançon et les écueils de la maturité !

    Défaite ou  difficile victoire !

     

    Combien difficile ce pas qui permettrait la réconciliation lorsque le conflit s’est installé ! Qui le fera le premier en étant capable de passer au dessus des raisons  qu’il estime toujours justifiées, en sa faveur ? Entamer ce voyage aussi long que les kms de Lao Tseu, exige  grande sagesse, maitrise des profondeurs, des noirceurs de l'humain, et quand ces atouts sont maitres quelle immense satisfaction cette victoire sur soi ! hélas, le monde fourmille de ces « voyages » ratés ! Plus banalement ils sont légions sur le plan individuel !

    Victoire, Echecs ?

     

    Ce premier pas c’est enfin, dramatique, irrémédiable, celui qui consiste à entamer son propre dernier voyage.

    Echec ou victoire, selon l'angle de perception !

     

    Reste une hypothèse : S’il n’y avait pas de « voyage », donc aucun premier pas ? Juste la contemplation et la solitude, à l’abri des anges, des démons, des victoires et des échecs ? C'est encore un pas : choisir !

    Nous sommes condamnés au premier pas !

     

     

    LASIDONIE


    13 commentaires
  •  

     

    nuit-dechirure.jpg

     

    Temps d’orage

    Menace, se prépare,

    Mon ciel est de nuit,

    Toile solide, noire

    Tendue sur le cœur, l’esprit.

    Que me vienne l’éclair de rage :

    Qu’elle soit lacérée

    De  béantes zébrures

    Comme autant de blessures

    Et dans ces trouées,

    Enfin apercevoir

    Brièvement apaisée

    A l’aube des ruptures

    Tout là-haut la plus banale,

    La plus infime des étoiles

    L'espoir.

      

     

       LASIDONIE

     

    (à F.)


    10 commentaires
  •  

     

    Vacances, Rencontres, Plaisir, plaisir ou déplaisir d'amour :

    c'est l'été et avec lui le temps des Rediffusions (sur une image nouvelle un poème de 2006)...

     

     

    AIMER

     

    Voyez comme ils s'aiment ! " Dis moi, tu m'aimes "?
    Que ces mots tant répétés, entendus,
    Sont l'envolée de sentiments que sèment
    A tout vent les esprits jaloux, déçus !

     Quel mal se cache derrière ce mot
    Courant dans les chansons de par le monde,
    Faisant gémir poètes en solo
    Pour une brune, une rousse, une blonde !

    Petits mots simples mais si douloureux
    Pour les belles qui de la lune rêvent !
    Elles y croient, à ce futur joyeux.
    Mais un beau jour le voyage s'achève !

    Dis, tu m'aimes ? Le doute, mal qui ronge
    Insidieusement, le temps du soupçon
    Que ne guérissent les premiers mensonges,
    Pour apaiser ou  ne pas dire non!

     

    Etre transporté par un " oui je t'aime " ?
    C’est douce folie, joie d'un court moment
     
    Antienne qui rime comme un poème
    Mais elle n'apporte que vif tourment !
     

    Amour, amant, aimer, toute une histoire
    Pour du chagrin, des pleurs et des sanglots.
    Savoir se noyer dans le dérisoire,
    Des âmes en détresse c'est le lot !
     
     

    Bannir ce verbe, on s’en fait la promesse !
    Pourtant il s’insinue incognito
    Et l’on oublie les anciennes détresses
    A la chaleur qu’il répand à nouveau !

      Aimer 

      la rose qui pleure 1

     

     

    LASIDONIE


    12 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires