•  

    Un peu de légereté avec ce jeu sur l'alphabet  habilement conduit par Grégoire Lacroix que j'ai déjà mis à l'honneur ici :

     http://lunatiquebleue.over-blog.com/article-3533925.html

     

    Alphabet

    A travers la B vitrée,
     je regarde le ciel
     et je pense à nous.
    La vie C comme
    un jeu de D.
     E c'est aussi simple
    que l'F de Christophe Colomb.
    C'est clair, G besoin de toi.
    La H de guerre,
    I faut l'enterrer,
     J pense souvent.
    C'est un K de conscience qui me donne des L.
    Oublions la N et ses
     O troubles, faisons
    la P.
    N e restons pas
    le Q entre deux chaises
    avec des R supérieurs.
    Tu te T ? Tu m'as bien U !
    Alors, je m'en V,
    et même je m'en W,
    voir un film X grec !
    Mais, inouï,


    Image Hosted by ImageShack.us 

    j'oublie l'S en ciel,
    je t'M !   

     

     

     

    Grégoire Lacroix

                                                        LASIDONIE

     


    11 commentaires



  •  


    Mes blessures  

    Si vives, si tenaces 

    Je les efface  

    Ou les cicatrise  

     Dans l'abandon de mon âme

     Aux confins du sommeil éveillé, 

    loin des drames, 



    Image Hosted by ImageShack.us



    Frontière floue,

     Sans brisure, 

     Entre rêve et réalité.  

    Je me laisse porter  par l'apesanteur des pensées

    dissoutes  

    dans ces images aux couleurs douces,  

     À peine esquissées,  

    Et je m'en vais où le songe me pousse.  

    Je goûte  

    Au déni du concret,  

    Semeur de doutes,  

    Pour embrasser l'irréalité !



                                                                     


                                                                    LASIDONIE











    13 commentaires
  •   

     Peu de temps...juste une image pour laisser la pensée vagabonder avec Verlaine.

     

    Image Hosted by ImageShack.us

      

     Rêvons, c'est l'heure.

    Un vaste et tendre
    Apaisement
    Semble descendre
    Du firmament
    Que l'astre irise ...

    C'est l'heure exquise. 

     

    VERLAINE ( extraits)

     



    Lasidonie


    10 commentaires
  •  

     

     

     

     

     

    Une branche de TAMARIS pour égayer la journée , quelques mots jetés sur le clavier et une pensée...

     

     

     

     





    Si rose est ta couleur

    J'habillerai mes rêves

    De rose, voilant la peur

    Qu'un bel espoir soulève !  

     

    Si rose est ta couleur

    C'est délicieux frisson,

    Minutes de bonheur

    A l'ombre de ton nom 

     

    Alors   

    Ma couleur sera rose

    Sans fard tout simplement

    Pour bannir le morose

    Et penser au présent.  


     

    Le Rose est notre emblème,

    D'autres c'est la chanson,

    Nous en ferons nous-mêmes

    Le bleu de l'horizon 

     

    Dehors  

    Un océan de roses

    Rose, tout devient rose aujourd'hui

    Puisque tu as chassé le gris

    Avec si peu de choses !

     

     

                                                          Lasidonie


    20 commentaires
  •  

    Une photo, au hasard, un air qui arrive immédiatement à l'esprit, et la voix grave d'Yves Montand...

     

     

    " C'est une chanson qui nous ressemble

    Toi tu m'aimais et je t'aimais

    Nous étions tous les deux ensemble

    toi qui m'aimais, moi qui t'aimais

     

     

     Un montage photographique, la mer, le sable, le temps qui passe, détruit...les paroles de J. Prévert...

     

     

    Image Hosted by ImageShack.us

     

     

      

     

    Mais le temps sépare ceux qui s'aiment 

    Tout doucement sans faire de bruit 

    Et la mer efface sur le sable 

    Les pas des amants désunis...

       

    Oh je voudrais tant que tu te souviennes

    Des jours heureux où nous étions amis

    En ce temps là la vie était plus belle

    Et le soleil plus brûlant qu'aujourd'hui..."

     

     " Les feuilles mortes "--1946

     

     

     

    Lasidonie


    17 commentaires

  •  

      Dimanche, dans le calme, je vous distrais des turbulences électorales d'hier,  ...et vous fait apercevoir :

     Nichée dans les oliviers, une vieille chapelle pré- romane du VIeme s, reconstruite au XIeme s. restaurée dans les années 1967 et classée monument historique :  Notre Dame de Pépiole. 

     

    Image Hosted by ImageShack.us 

     Je ne ferai pas de description architecturale ( 3 nefs un clocher et un campanille) ou historique, non , juste goûter à la sérénité du décor, pour laisser la pensée fuir l'agitation des rivages marins tout proches, quelques kms...



      Les cyprés veillent les pierres sèches qui sous le soleil prennent des teintes ocrées...Ombres et lumières de Provence, dans un moment de paix. 


     Aux alentours la campagne, quelques vignes...le chemin des oliviers, image de notre destinée vers un point indéfini, nous invitent à choisir une direction. Puisse-t-elle être la bonne !...

     

    LASIDONIE

     


    13 commentaires
  •  

     Ce blog n'est pas à vocation  polémiste mais j'y ai tout de même crée une rubrique " coups de griffes" pour de temps à autre dire ce qui me choque.

     Je suis dans mon espace, j'y formule donc mes impressions, ne prétendant à aucune " vérité".

    Mon coup de griffe  ce jour je le donne à l'un des prétendants au titre suprême qui a toute...mon antipathie.

    Image Hosted by ImageShack.us

     

    voici quelques extraits de l'interview accordé à M. Onfray et deux autres journalistes

     ...."Je ( M. Onfray) crois comprendre qu’il ( N.S) pense que le mal existe comme une entité séparée, claire, métaphysique,  à la manière d’une tumeur, sans aucune relation avec le social, la société, la politique, les conditions historiques. Je le questionne pour vérifier mon intuition : de fait, il pense que nous naissons bons ou mauvais et que, quoi qu’il arrive, quoi qu’on fasse, tout est déjà réglé par la nature.
    A ce moment, je perçois là la métaphysique de droite, la pensée de droite, : l’existence d’idées pures sans relations avec le monde. Le Mal, le Bien, les Bons, les Méchants, et l’on peut ainsi continuer : les Courageux, les Fainéants, les Travailleurs, les Assistés, un genre de théâtre sur lequel chacun joue son rôle, écrit bien en amont par un Destin qui organise tout....

     citation de l'interviewé

    : "J’inclinerais pour ma part à penser qu’on naît pédophile, et c’est d’ailleurs un problème que nous ne sachions soigner cette pathologie-là. Il y a 1200 ou 1300 jeunes qui se suicident en France chaque année, ce n’est pas parce que leurs parents s’en sont mal occupés ! Mais parce que génétiquement ils avaient une fragilité, une douleur préalable. ...."

     M. Onfray :

    Dans la conversation, il (N.S) confie qu’il n’a jamais rien entendu d’aussi absurde que la phrase de Socrate «  Connais-toi toi-même ».  Cet homme tient donc pour vain, nul, impossible la connaissance de soi ? Autrement dit, cet aspirant à la conduite des destinées de la nation française croit qu’un savoir sur soi est une entreprise vaine ? ...

    Dans l’entrebâillement de la porte de son bureau, la tension est tombée. Qui prend l’initiative de dire que la rencontre se termine mieux qu’elle n’a commencé ? Je ne sais plus. Il commente : «  Normal, on est deux bêtes chacun dans notre genre, non ? Il faut que ça se renifle des bêtes comme ça… ». Je suis sidéré du registre : l’animalité, l’olfaction, l’odorat...

    Ceux qui voudront en savoir plus liront ce billet dont voici le lien . Les autres...passeront un autre jour lire un poème ?...

     

    http://michelonfray.blogs.nouvelobs.com/archive/2007/04/03/le-cerveau-d-un-homme-de-droite.html

    Lasidonie


    16 commentaires
  •  

     

    Je  reviens aujourd'hui sur une forme d'écriture plus libre pour évoquer cette fleur connue dès la grèce antique, que nous voyons éclore en ce moment...

     

     

     

    Image Hosted by ImageShack.us

    Qu’il soit gris ou bleu

    Que m’importe le temps,

    Je suis du printemps

    L’arc en ciel,

    L’invité vêtu de mauve

    Ou de blanc,

     Fidèle

    Peu exigeant.

    Pour cette rencontre annuelle

    J’offre aux regards distraits

    Une tache de couleur modeste

    Banale

    Bien moins  originale

    Que celle de mes voisins greffés,

    Bichonnés

    Tachetés de rose ou d’orangé

    Je suis libre

    Dans l’espace des champs.

    Langues tirées aux indifférents

    Ou dagues acérées

    Mes larges pétales

    Réservent mon cœur duveteux

    Qui vibre

    D’une teinte soleil

    Aux attentifs que tout émerveille !

    Je suis l’iris

    Et de leurs yeux,

    Sous l’habit peu fier,

    Jaillit

    La lumière.

    Désormais c’est pour eux

    Que je transmets la tendresse

    D’Iris la Déesse

     

     

                                                         LASIDONIE

     

     

     


    22 commentaires