•  

    Dites pour vous la vie c'est quoi,

    me demanda un Pékinois

    qui près de l'eau me rencontra.

    Oh, ce jour là, çà n'allait pas !

    Image Hosted by ImageShack.us

     

    "La vie ? une écume qui disparait

    Tout aussitôt que née ,

    Du néant bien caché

    sous la réalité..."

     

    Erreur, erreur, me répondit

    cet homme étrange, vraiment petit

    relisez Vian, je vous en prie

           Il vous fera changer d'avis. 

     

    "La vie, c'est comme une dent
    D'abord on y a pas pensé
    On s'est contenté de mâcher
    Et puis ça se gâte soudain
    Ca vous fait mal, et on y tient
    Et on la soigne et les soucis
    Et pour qu'on soit vraiment guéri
    Il faut vous l'arracher, la vie. "

     

    Sur ces paroles me laissa

    toute en émoi, le pékinois

    Dans le brouillard s'en retourna.

    La dent, l'écume, la vie c'est quoi ?

      

     

     

     

                                                                                     " PIPO"                                                                                          LASIDONIE<stroke joinstyle="miter"></stroke> <formulas> </formulas> <f eqn="if lineDrawn pixelLineWidth 0"></f><f eqn="sum @0 1 0"></f><f eqn="sum 0 0 @1"></f><f eqn="prod @2 1 2"></f><f eqn="prod @3 21600 pixelWidth"></f><f eqn="prod @3 21600 pixelHeight"></f><f eqn="sum @0 0 1"></f><f eqn="prod @6 1 2"></f><f eqn="prod @7 21600 pixelWidth"></f><f eqn="sum @8 21600 0"></f><f eqn="prod @7 21600 pixelHeight"></f><f eqn="sum @10 21600 0"></f> <path o:connecttype="rect" gradientshapeok="t" o:extrusionok="f"></path> <lock aspectratio="t" v:ext="edit"></lock><shape id="_x0000_i1025" style="WIDTH: 75pt; HEIGHT: 39pt" alt="Signature de Boris Vian" type="#_x0000_t75"></shape><imagedata o:href="http://www.borisvian.fr/images/signature.gif" src="file:///C:DOCUME~1COMPAQ~1LOCALS~1Tempmsohtml11clip_image001.gif"></imagedata>

     

     

     

     

     


    18 commentaires
  •  

     

    Image Hosted by ImageShack.us   

     Elle jouait avec sa chatte,
        Et c'était merveille de voir
        La main blanche et la blanche patte
        S'ébattre dans l'ombre du soir.

        Elle cachait - la scélérate ! -
        Sous ses mitaines de fil noir
        Ses meurtriers ongles d'agate,
        Coupants et clairs comme un rasoir.

        L'autre aussi faisait la sucrée
        Et rentrait sa griffe acérée,
        Mais le diable n'y perdait rien...



        Image Hosted by ImageShack.us

     Et dans le boudoir où, sonore,
        Tintait son rire aérien
        Brillaient quatre points de phosphore
    .

     

    VERLAINE

     

     

    Montage sur une Peinture de L. Levy-Dhurmer (1865-1953) " portrait de femme".

     

     

     

    LASIDONIE

    difficile ce br ! frôler, rester, s'éloigner...c'est à y perdre son latin !


    19 commentaires
  •   les" 4 saisons"..l'automne

      

     Un soleil éclatant, un ciel azuré, m’invite à m’évader de ma cage aimée, cocon protecteur, où face à moi-même j’ai tout loisir de laisser couler le temps. Je ne résiste pas à cet appel de la lumière du jour.

    J'avance

     

    Image Hosted by ImageShack.us

     

    Mes pas, au hasard, me conduisent vers ces chemins forestiers, petites sentes ombragées de pins, de chênes, que quelques promeneurs empruntent avec leur chien. Douceur tiède de l’air, à peine balayée par une brise intermittente. Le mistral s'est tû.

     

    J’avance !

     

    Image Hosted by ImageShack.us

     

    Mes yeux captent ici ou là, une forme de racine, un rayon au travers du feuillage, une rocaille émergeant de façon surprenante d’une ravine…Des odeurs de résine, de bruyères, d'écorces d'eucalyptus, montent du sous-bois humide. Quelques mesures de "l'automne" de vivaldi chantent en moi. Beauté simple, paisible. Je savoure parfums, silence, quiétude.

     

    J’avance !

      

    Image Hosted by ImageShack.us

     

     

    Je sais que dans quelques minutes au débouché du sentier, en surplomb, un autre emerveillement : La nappe bleutée, frangée de dentelle blanche :  

     

    Image Hosted by ImageShack.us

      

     
      

      

    Elle m'attend

     

    L’immensité marine. .

     

       Séduisante, moirée, elle est là, je ne suis plus seule...

     

     

    Je l'écoute

     

        La contemple...

     

     

     

    Lasidonie

     

     

     

     


    29 commentaires
  • " La mienne embaumait ma planête mais je ne savais pas m'en réjouir...je n'aurais pas dû m'enfuir" dit le Petit Prince.--St Exupéry

    Une histoire, simple et triste, comme toutes les histoires de rose...

     

     

    Image Hosted by ImageShack.us

    Je suis la rose inaccessible

    Au charme sans égal

    De son  velours royal,

    A la fragrance irrésistible.

    Bien des poètes m'ont rêvée

    Un petit prince m'a donné vie

    M'a réveillée

    Mais il n'a pas compris

    La clef de mon secret.

    Il est parti

    En ignorant que je l'aimais.

    J'étais la rose

    Bien peu de chose !

    Quelques pétales,

    Banales !

     

     

     

                                                                                    Lasidonie

    Joël a lancé une initiative, allez visiter le blog de BARBARA sur les maladies orphelines ---   barbara56.over-blog.com.

     hier plus de pages, plus de visiteurs, merci et...continuez.


    25 commentaires
  • Dans l’histoire de ma commune une légende provençale court sur l’origine de ces rochers abrupts se dressant d’une dizaine de mètres au dessus de la mer non loin du cap Sicié. On les aperçoit de Toulon, comme deux sentinelles fidèles :  « les deux frères » ou les « freirets ».  Ils sont identiques et séparés par un étroit chenal qui n’est accessible à une petite barque qu’à marée basse. Seuls les oiseaux viennent y nicher.

    Cette légende je vous la raconte à ma façon...

     

      

    Image Hosted by ImageShack.us

     Il y avait une fois,

     

    au temps des dieux mythiques,  Poséidon, Apollon, deux jeunes pécheurs vivant dans une douce quiétude du produit de leur travail. Très attachés l’un à l’autre, rien ne pouvait les séparer.  Leur amour fraternel, leurs occupations quotidiennes suffisaient à leur bonheur. La mer dont ils tiraient leur ressource mais qu’ils négligeaient d’admirer, un jour décida de se venger de leur indifférence. Elle dépêcha donc sur le rivage une belle sirène.

    Le plus jeune des freirets subjugué par la beauté, la grâce juvénile de la jeune déesse, et sa voix enchanteresse, caressante, se mit à la suivre vers les flots, au mépris du danger. La flamme nouvelle de l’amour le poussait à ignorer les cris d’alarme de son aîné, ses supplications. Guidé par le chant envoûtant il continuait d’avancer.

     Image Hosted by ImageShack.us

    Son frère se lança donc à sa poursuite, le rattrapa : en vain !  Il ne put le convaincre de s'éloigner de celle qui avait capturé son coeur.

    Ils luttèrent l’un contre l’autre un long moment jusqu’à épuisement. Voyant qu’ils allaient périr, dans un dernier sursaut, l’aîné supplia le dieu Apollon, celui qu'ils célébraient souvent, leur  ami, de ne pas les séparer dans la mort. Ce dernier pris de pitié les transforma en deux rochers identiques.

    Ainsi la  mer, malgré sa victoire, sa vengeance accomplie, ne put jamais défaire cette union scellée à jamais dans la pierre.



     Image Hosted by ImageShack.us


    Ni  tempête, ni vagues agressives, rien n’éroda plus ces rocs, veilleurs éternels  de la course du soleil,  emblèmes de l’amour fraternel...


    Image Hosted by ImageShack.us

    et de ce rivage merveilleux que nous appellons " la corniche du Cap Sicié".

    LASIDONIE

    °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

     Une surprise : mon br passe à 82...  venez me rendre visite cette semaine, régulièrement, vous qui passez...un petit coup de pouce...merci


    42 commentaires
  •  

    Mon coup de coeur aujourd'hui

    Antonio MACHADO ( 1875-1939) :  il fut avec Garcia LORCA le représentant de la poésie espagnole du XXeme s. Tous deux furent victimes du franchisme, Lorca fut assassiné en 1936 et Machado parti en exil à Collioures ( petit port des Pyrennées orientales) y mourut quelques semaines après son arrivée. Poèmes sur la condition humaine essentiellement.

    °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°° 

    Tout passe
    et tout demeure
    Mais notre affaire est de passer
    De passer en traçant
    Des chemins
    Des chemins sur la mer

    Image Hosted by ImageShack.us 

    Voyageur, le chemin
    C'est les traces
    de tes pas
    C'est tout ; voyageur,
    il n'y a pas de chemin,
    Le chemin se fait en marchant.
    Le chemin se fait en marchant
     

    Et quand tu regardes en arrière
    Tu vois le sentier
    Que jamais
    Tu ne dois à nouveau fouler
    Voyageur! Il n'y a pas de chemins
    Rien que des sillages sur la mer

    Antonio Machado

    Image Hosted by ImageShack.us



    LASIDONIE


     

     


    16 commentaires
  •  

     

     

     

     

    Je voudrais écrire sur les nuages

    Qui tracent pour mes yeux

    Vivants tableaux,

    Sublimes paysages

    Ondulation des flots

    Peuplés de silhouettes étranges

    Evanescent mélange,

    Teintées de gris en camaïeu.

     

    Image Hosted by ImageShack.us

      

     J'aimerais écrire sur le soleil

    Ses premières lueurs,

    Rayons éveil

    De sensations très douces

    Promesses, pour quelques heures,

     D'un jour gai, sans secousse,

    Orange rassurant

    Teinté d'or pâle mêlé de blanc

     

     

    Image Hosted by ImageShack.us

      

    Pourtant sans soleil avec les nuages,

    Je pourrais écrire sur ton visage

    Ses émotions tracées

    Dans les sillons du temps

     Miroir  ici ou là brisé

    Carte des chagrins, des petits bonheurs,

    Reflet d'un coeur

    Teinté de noir, de rose, d'argent.

     

     

    Ecrire, je l'aurais pu

     si je t'avais tenu

    Mais je ne l'ai pas su !

     

                                                   

                                                       Lasidonie


    26 commentaires
  •  

       Ma passion pour la mer, les nuages et les couchers de soleil, n'est plus pour mes visiteurs  une découverte  ( articledu 12 nov " magie d'un soir au bord de l'eau"). Je les traque avec mon appareil, fidèle compagnon de mes balades, toujours émerveillée de ces spectacles si changeants à faire pâlir d'envie tous les décorateurs de cinéma.

     Il y a peu, une fin d'après midi , le soleil m'a offert ses rayons...j'en chante ici la ballade

      

     

     

    Image Hosted by ImageShack.us

     

     

     Image Hosted by ImageShack.us 

     

     

     les feux des projecteurs sont prêts, un premier spot illumine la scène : un peu clair doré

     

     

     

     

     

     

     

     

                                                                          

      quelques essais de couleur, rouge cette fois ;

     

    Image Hosted by ImageShack.us

     

     Le spectacle peut commencer

       Image Hosted by ImageShack.us

     

     

     

    Le ciel en demi teinte offre sa toile au décor.

    La lumière jaillit en étoile pour s'attarder sur les vagues

    Telles des danseuses elles brillent de la valse des rayons qui éclairent l'ourlet frangé de leur parure d'écume

     

     

     

     

     

      

     

     tandis qu' entraînés par le vent  leurs  danseurs de nuages,

    se drapent à leur tour dans la lumière

    Image Hosted by ImageShack.us 

    puis déroulent  au loin des filaments d'or et de feu

     

     Image Hosted by ImageShack.us

     

     

     

    Les projecteurs puissants balaient l'espace, lêchent les spectateurs immobiles, témoins ancrés de ce ballet fabuleux 

     

     

      

     Quelques minutes de flamboiement, de tourbillon, de débauche de lumière

    Puis le maître artificier, merveilleux artiste, offre en récompense sa coupe d'or généreuse aux danseuses et cavaliers

    avant de disparaître derrière le voile obscurci du rideau.

    Le vent muet d'admiration s'est tû, laissant les nuages se baigner à loisir dans les derniers rayons des projecteurs.

      Image Hosted by ImageShack.us

     

     

    LASIDONIE


    19 commentaires